BioMérieux et Photonis mettent tout le monde d'accord

Déjà distingués, fin juin, par le ministère du Travail lors de la journée des Réussites du dialogue social qui a mis en avant trente accords innovants, BioMérieux et Photonis ont à nouveau été primés par les assises du droit social, le 7 octobre. Les deux entreprises ont reçu les deuxième et troisième prix ADS-LHH Altedia du meilleur accord collectif. La société spécialisée dans les diagnostics médiaux (3 900 salariés en France) a été récompensée pour l'accord sur la qualité de vie au travail signé en début d'année avec la CFDT et la CGT. Cet accord prévoit notamment la possibilité de travailler en flexjob, réduit les plages fixes des horaires variables, réaffirme le droit à la déconnexion, et instaure un droit à la déculpabilisation permettant de ne pas répondre à un mail envoyé le soir ou durant le week-end. L'ETI Photonis (composants optoélectroniques pour la défense) a été distinguée pour le double accord portant sur la rupture conventionnelle collective et sur l'annualisation du temps de travail conclu en mai dernier avec FO, la CFE-CGC et la CFDT sur le premier sujet, avec FO et la CFE-CGC sur le second. Franck Morel, conseiller travail-emploi du Premier ministre, qui présidait le jury, n'a pas été insensible à ce dispositif qui s'inscrit dans la philosophie des ordonnances de 2017. À noter que le lauréat, Renault, primé pour son accord mondial sur la QVT, faisait également partie des accords repérés par la rue de Grenelle. Mais le texte, signé en juillet dernier par le constructeur automobile, ne figurait pas dans la liste des trente accords jugés les plus innovants.