logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Renault : trois syndicats sur quatre valident le plan de départs volontaires

Dialogue social | publié le : 25.11.2020 | Benjamin d'Alguerre

La « Renaulution » a un prix. Pour réaliser une économie de deux milliards d’euros sur trois ans et adapter ses équipes de R&D aux nouveaux enjeux de l’automobile du futur (fin du diesel, véhicules connectés, Big Data embarqué, etc.), le constructeur français va tailler dans ses effectifs. Après l’annonce, le 29 mai 2020, d’un plan de relance économique qui devrait se traduire par 4.600 suppressions de poste dans l’Hexagone, Renault a engagé le gros œuvre avec un premier « accord de transformation des compétences » signé mi-novembre par trois syndicats (CFDT, CFE-CGC et FO, soit 75% de la représentativité), mais refusé par la CGT. Objectif : 1.500 départs volontaires parmi les ingénieurs et 1.000 parmi les « tertiaires » (cadres) de la firme au losange. Soit 2.500 suppressions de postes au total, réparties dans quatre sites franciliens : le siège du groupe à Boulogne-Billancourt, le Technocentre de Guyancourt et les centres de Lardy et de Villiers-Saint-Frédéric.

Pour les syndicats signataires, l’accord constitue une alternative satisfaisante à un PSE. Aucun licenciement à l’horizon puisque 1.900 départs doivent se faire dans le cadre d’une rupture conventionnelle collective (RCC) et 600 par le jeu des pré-retraites. « Et sans pression sur les salariés : nous y serons particulièrement vigilants », précise la CFE-CGC.

Seuls les postes aux compétences jugées obsolètes sont concernés par cet accord dont l'action débutera le 12 décembre, sauf invalidation par la Direccte Île-de-France. Ainsi, sur les 15.000 salariés de Renault potentiellement concernés, seuls 69% sont éligibles à ces départs volontaires. Parmi eux, les candidats à la pré-retraite (jusqu’à trois ans avant la date butoir) pourront bénéficier d’un maintien de 72% de leur rémunération. Ceux disposant d’un futur contrat de travail chez un autre employeur partiront avec plusieurs mois de salaire dépendant de leur ancienneté, et les salariés intéressés par une transition professionnelle seront accompagnés et coachés par des cabinets spécialisés durant toute la durée de leur reconversion, tout en bénéficiant d’un coup de pouce financier encore à déterminer. « Il ne s’agira pas de les laisser seuls à la porte de Pôle Emploi » souligne Mariette Rie, DSC FO. Parmi les restants, 400 se verront offrir la possibilité d’évoluer vers d’autres postes au titre du volet APLD de l’accord.  

La casse sociale a-t-elle été évitée ? Pas pour la CGT. « Renault dispose d’un trésor de guerre de 16,1 milliards et de 5 milliards de PGE. Renault ne va pas mal : la direction cherche juste à se débarrasser des compétences obsolètes au lieu de faire monter leurs titulaires en compétences », assène Laurent Giblot, DSC-adjoint. Et, à en croire les cégétistes, à donner des garanties aux marchés, cinq mois après l’arrivée du nouveau directeur général Lucas de Meo.

Auteur

  • Benjamin d'Alguerre