François Hommeril devrait succéder à Carole Couvert
Image

Elles ont leur ticket gagnant ! Les fédérations de la CFE-CGC ont décidé de présenter François Hommeril comme candidat à la présidence de la CFE-CGC. À ses côtés, l'autre prétendant, Alain Giffard prendrait le poste de secrétaire général de la maison de la rue du Rocher. Franck Zid, le troisième homme de l’équipe, conserverait le poste de trésorier.

Traumatisée par le congrès agité de Saint-Malo en 2013, la confédération voulait à tout prix éviter une guerre de chefs. Depuis le début du mois d’avril, les fédérations cherchaient donc à sortir une liste unique de trois noms : président, secrétaire général et trésorier.

Compromis politique

Deux candidats étaient en lice pour succéder à Carole Couvert, dans l'impossibilité de se représenter faute du soutien de sa fédération d'origine, celle de l'Energie. D'un côté François Hommeril, issu de la Fédération de la chimie. De l'autre, Alain Giffard, actuel secrétaire national à l’Économie et à l’industrie, représentant la Fédération des métiers de la finances et de la banque.

Les fédérations sont parvenues à un habile compromis politique en associant les deux hommes. Le futur secrétaire général est un proche de Régis Dos Santos, le patron du SNB-CFE-CGC, lui-même soutien de la première heure de Carole Couvert. Le futur président, candidat malheureux au fauteuil en 2013, est lui soutenu depuis lors par la puissante Fédération de la métallurgie.

Sauf coup de théâtre – les candidats à la direction confédérale ont jusqu'au 10 mai pour se faire connaître –, François Hommeril devrait donc prendre la présidence de la centrale des cadres le 2 juin prochain. Et succéder à la controversée Carole Couvert, qui n'aura fait qu'un mandat de trois ans à la tête de l'organisation.