logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Objectifs chiffrés pour l’emploi des seniors dans la banque

Entreprise & Carrières, du 02 au 08/09/2008 | Accord | publié le : 02.09.2008 |

Image

Ouvert à la signature depuis le 9 juillet dans la banque, cet accord serait le premier à correspondre au futur plan senior du gouvernement.

Le calendrier de la branche AFB et celui du ministère de l’Emploi se sont rejoints cet été : un accord sur l’emploi des seniors dans le secteur bancaire est ouvert à la signature depuis le 9 juillet, et il prévoit une série d’indicateurs sur la gestion des salariés âgés, ainsi qu’un objectif chiffré d’augmentation de l’âge moyen de départ dans ce secteur (de 58,9 ans à 60 ans d’ici à fin 2012). Les entreprises de plus de 300 salariés qui négocieront sur le sujet devront, elles, prévoir deux objectifs chiffrés.
Les caractéristiques de cet accord correspondent aux orientations présentées, fin juin, par Xavier Bertrand (Travail) et Laurent Wauquiez (Emploi) pour améliorer l’emploi des seniors (Entreprise & Carrières n° 914), même si le cahier des charges pour ces accords, à boucler avant 2010 sous peine de sanctions, dans les branches et les entreprises de plus de 300 personnes, n’est pas encore précisé.

 

Adaptation de l’accord

 

« Nous avons commencé à négocier il y a un an et demi, rappelle Jean-Claude Guéry, directeur des affaires sociales de l’AFB. En phase finale, nous avons adapté l’accord en fonction des projets du gouvernement. » Et de préciser que la banque se trouve dans une situation particulière avec 45 % de salariés de plus de 45 ans. La CFDT et FO ont déjà indiqué leur intention de signer. « L’objectif chiffré négocié sur l’âge de départ permet, notamment, de faire face au risque contenu dans les nouvelles dispositions de la loi sur la modernisation du marché du travail, avec la rupture conventionnelle », déclare Luc Mathieu, négociateur CFDT.
La CGT et la CFE-CGC ne se sont pas encore exprimées, mais se dirigent vers un refus de signer. « L’accord ressemble à un catalogue de bonnes intentions pour répondre à la demande des pouvoirs publics, mais n’est pas assez incitatif », selon le SNB CFE-CGC. « Nous ne souhaitons pas entériner ce type d’objectif si l’aménagement des fins de carrière n’est pas mieux pris en compte », indique la CGT. La CFTC doit encore faire connaître sa position.

 

Guillaume Le Nagard