S'abonner
Se connecter
Menu

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

À la une : Uber, l'effet boule de neige

Relations Sociales | publié le : 05.03.2020 | Jean-Paul Coulange

Crédit photo

L'affaire Petrovic n'a pas fini de faire des vagues ! La décision – spectaculaire – de la chambre sociale de la Cour de cassation requalifiant, le 4 mars, en contrat de travail la relation contractuelle qui a lié entre octobre 2016 et avril 2017 le chauffeur VTC Maximilien Petrovic et la plateforme Uber, va donner lieu à une recrudescence de contentieux. « Cette décision va accélérer nos 90 dossiers en attente et faire venir un maximum de plaignants aux prud'hommes », estime Sayah Baaroun, du syndicat des chauffeurs privés VTC, qui a confié sa défense au (célèbre) cabinet TTLA, animé par les très médiatiques Jean-Paul Teisonnière et Sylvie Topaloff (AZF, amiante, France Telecom...).  Quant à l'avocat Kevin Mention, il comptabilise déjà près de 350 demandes de requalification, dont 190 émanant d'anciens livreurs de la plateforme Take Eat Easy, une cinquantaine de Deliveroo, 90 de Foodora, d'autres dossiers provenant d'anciens « collaborateurs » de Frishti, de Stuart, de Cowash, etc. Mais nul doute que des centaines, voire des milliers, d'autres anciens faux indépendants et vrais salariés vont s'engouffrer dans la brèche. Avec le précédent du 4 mars, il est probable que peu de dossiers remontent désormais jusqu'en cassation. Sauf si les Uber et autres Deliveroo décident de poursuivre la bataille sur le front judiciaire. 

Auteur

  • Jean-Paul Coulange