66 %

Les deux tiers de la population (66 %) sont confrontés à au moins une situation de fragilité : handicap ou santé dégradée (36 %), précarité professionnelle (21 %), pauvreté monétaire (20 %), difficultés de logement (19 %), isolement et solitude (13 %), relégation territoriale (11 %). Ces chiffres, mis en avant par l’enquête1 Conditions de vie et aspirations du Crédoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie), réfutent définitivement l’idée d’une société française dichotomique avec, d’un côté, des individus autonomes et, de l’autre, des publics « fragiles », soutenus par les politiques sociales. Les auteurs de l’étude soulignent l’existence de moments de vie, d’accidents de parcours, qui peuvent faire basculer une personne dans une situation « où l’écheveau des difficultés devient complexe à démêler » et analysent comment différentes vulnérabilités s’articulent et se superposent entre elles au niveau individuel. Ainsi, un tiers des Français interrogés ferait face à plusieurs des difficultés étudiées dans l’étude. Sachant que certaines sources de fragilité, comme les discriminations ou les violences dont on peut être victime, ou encore les fragilités liées à la situation d'un proche (être parent d’un enfant handicapé ou aidant d’une personne dépendante…), ne sont pas prises en compte dans l’enquête. Par ailleurs, le Crédoc ne recense que les difficultés à un instant t, sans tenir compte des possibles accidents de parcours antérieurs. Selon le centre de recherche, il est donc vraisemblable que quasiment toute la population, à un moment où l’autre de sa vie, est en situation de fragilité.

(1) Conduite entre décembre 2017 et janvier 2018 et publiée le 19 février 2020 : 3 000 personnes ont été interrogées en ligne.