logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Une nouvelle loi réserve 1 % des emplois publics aux transgenres en Argentine

Egalité professionnelle | publié le : 02.09.2021 | Lys Zohin

Les parlementaires ont approuvé cet été un texte réservant 1 % des postes du secteur d'État (les banques et les entreprises publiques, les hôpitaux, l'administration fédérale...) aux personnes transgenres en Argentine, un pays très en avance dans ce domaine. Il y a près de dix ans, l'Argentine était en effet devenu le premier pays au monde à accepter que les personnes transgenres changent de nom sans avoir à demander la permission à un juge, par exemple. Si le quota adopté ne s'applique qu'aux entreprises publiques, la nouvelle loi inclut également des incitations fiscales pour que le secteur privé offre aussi des postes à ces personnes. Les militants pour les droits des LGBT+ se sont félicités de l'adoption de ce texte, mais estiment cependant que des efforts supplémentaires doivent être consentis en matière d'égalité. « Cette loi va nous changer la vie, a déclaré Claudia Vasquez Haro, de l'Association fédérale trans d'Argentine. Avoir un emploi dans le secteur formel, avec un salaire fixe et une carte de crédit est une chose normale pour les hétérosexuels, mais pas pour nous. Nous allons pouvoir nous aussi louer un appartement ou avoir de l'argent pour faire des études. » Pour l'heure, selon un sondage de 2017, seules 9 % des personnes transgenres en Argentine ont un travail dans l'économie formelle et 70 % d'entre elles sont des travailleurs et travailleuses dans l'industrie du sexe. La plupart n'ont pas fini le lycée, et 92 % des personnes sondées ont déclaré vouloir compléter leur formation. Les transgenres vivent en majorité sous le seuil de pauvreté et sont victimes de discriminations. La nouvelle loi stipule qu'un cassier judiciaire (pour des faits mineurs) ne doit pas constituer un obstacle à l'obtention d'un poste, ni l'absence de diplôme du secondaire. En revanche, les candidats trans devront reprendre leurs études tout en travaillant.

Auteur

  • Lys Zohin