logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Une attente croissante des salariés pour l'égalité des chances

Egalité professionnelle | publié le : 07.10.2020 | Gilmar Sequeira Martins

Crédit photo

L’édition 2020 du baromètre national de la perception de l’égalité des chances, réalisé en mai par Kantar à partir de 1.500 réponses pour le compte du Medef, montre une progression des attentes des salariés. Alors que la santé au travail se maintient toujours en première position (96% des salariés la jugent « prioritaire ou importante »), suivie par la qualité de vie au travail (QVT) avec 95%, l’égalité des chances arrive en troisième position (90% des salariés la jugent « prioritaire ou importante »). Aux yeux des salariés, la santé au travail et la QVT sont les deux sujets prioritaires ou les plus importants pour leurs dirigeants (à 88% et 83%). L’égalité des chances rétrograde cependant à la sixième place. Les salariés ne sont plus que 74% à estimer que cette question est « prioritaire » ou « importante » pour leur entreprise.

Selon les salariés, 69% des entreprises ont mis en place au moins une action concrète en faveur de l'égalité des chances, soit une progression de trois points par rapport à 2019. La part de salariés indiquant n’avoir connaissance d’aucune action concrète en faveur de l’égalité des chances a diminué, passant de 34 % en 3019 à 31 % en 2020. Interrogés sur les actions menées, 80% des salariés estiment qu'elles sont efficaces, soit une progression de trois points par rapport à 2019.

Les salariés estiment que la parité, estimée à partir du salaire ou de façon plus globale, reste l’enjeu majeur. Parmi les facteurs clés figurent en tête le salaire (cité par 57% des sondés) et l’égalité entre les femmes et les hommes (cité à 55%). L’âge constitue le troisième critère puisqu’il est cité par 45% des sondés. Près des trois quarts des salariés interrogés (72%) estiment « tout à fait possible » que leur entreprise recrute une femme, soit une progression de dix points par rapport à 2019. La probabilité de voir une femme promue est passée de 51% en 2019 à 62% en 2020.

Globalement, les salariés ont de plus en plus le sentiment que leur entreprise reflète la diversité de la société. Ils sont désormais 81% à partager cette opinion (dont 25% se disant « tout à fait » d’accord, soit une progression de quatre points par rapport à 2019). La peur d’être discriminé n’a pas disparu mais elle est plus forte vis-à-vis du marché du travail que dans l’entreprise, où elle reste stable (41%) et, pour la première fois, est partagée de façon homogène par les femmes et les hommes. En 2019, 44% des femmes craignaient la discrimination contre 38% des hommes.

Auteur

  • Gilmar Sequeira Martins