logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

L'index de l'égalité professionnelle sera affiché en 2021 pour les entreprises de plus de 250 salariés

Egalité professionnelle | publié le : 05.11.2020 | Benjamin d'Alguerre

Crédit photo

À compter de mars 2021, l'index d’égalité salariale hommes-femmes des entreprises de plus de 250 salariés sera publié sur le site du ministère du Travail, comme l’est déjà celui des employeurs de plus de 1.000 salariés. Mis en œuvre par la loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel » de 2018, cet index est devenu un document obligatoire à fournir pour toutes les entreprises de plus de 50 salariés depuis mars 2020. Il fixe un certain nombre de critères en matière d’égalité salariale, auxquels doivent souscrire les entreprises sous peine de se retrouver pointées du doigt pour leurs mauvaises pratiques. En dessous d’une note de 75/100, les conditions d’égalité des sexes sont considérées comme insatisfaisantes.
Selon les pointages du ministère du Travail, seules 4% des entreprises de plus de 1.000 salariés n’étaient pas en conformité en 2020… contre 19% en 2019. La politique de name-and-shame « porte ses fruits », affirme-t-on, rue de Grenelle. Pour la CFDT, toutefois, le changement de mentalité est trop lent. La confédération de Laurent Berger souhaite voir le gouvernement passer un cap en soumettant cette fois les entreprises fautives à des sanctions financières ! Elle demande également une plus grande implication des partenaires sociaux dans la construction de l’index, ainsi que la tenue d’un point d’étape sur un dispositif qui n’a connu aucune amélioration depuis un an. Particulièrement à l’heure où la crise sanitaire a révélé la sur-représentation de femmes sous-payées parmi les « salariés de deuxième ligne ». La ministre du Travail, Élisabeth Borne, a d’ores et déjà annoncé une réunion des partenaires sociaux consacrée à l’amélioration de l’index, mais sur un unique critère consacré à la rémunération des femmes cadres (37% des entreprises comptent moins de deux femmes parmi les plus hautes rémunérations). Pas vraiment la problématique sur laquelle souhaite négocier la CFDT…

  

Auteur

  • Benjamin d'Alguerre