logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Les télétravailleuses britanniques risquent d'être pénalisées dans leur carrière

Egalité professionnelle | publié le : 17.11.2021 | Lys Zohin

Télétravailleuse britannique

La Banque d'Angleterre a prévenu que les femmes qui privilégient le télétravail risquent d'être pénalisées dans leur carrière, voire de subir plus fortement une éventuelle récession. La raison ? Le fait que le travail en présentiel permet une "spontanéité de nature à faire progresser leur carrière, difficile à répliquer en distanciel", selon Catherine Mann, membre de la banque centrale. Professeure d'économie et ancienne cheffe économiste pour Citigroup et l'OCDE avant de rejoindre la Banque d'Angleterre, Catherine Mann est l'une des deux femmes (sur un comité de neuf membres) qui siègent aux côtés du gouverneur. Alors que la pandémie se poursuit outre-Manche, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à préférer continuer à travailler de la maison, ne serait-ce qu'en raison des perturbations dans les écoles et des difficultés rencontrées pour le soin des enfants. "Le potentiel pour un système à deux vitesses, avec les hommes d'un côté, au bureau et susceptibles d'être promus, et les femmes, de l'autre, qui resteront sur le bas-côté de la route, est réel", a poursuivi Catherine Mann. Gemma Dale, professeure à l'université John Moores de Liverpool, a de son côté estimé dans la presse que la prédiction de Catherine Mann pourrait en effet prendre corps, du fait que "le bureau est encore perçu comme la norme, malgré les évolutions des deux dernières années, et que celui ou celle qui s'en 'échappe' risque l'ostracisme." "Si nous continuons à privilégier le travail en présentiel et que nous ne confrontons pas nos préjugés dans ce domaine, les femmes, mais aussi tous ceux qui ne peuvent pas se rendre sur site vont effectivement perdre des opportunités", a-t-elle ajouté. En août dernier, c'était le chancelier de l'Echiquier, Rishi Sunak, qui avait mis en garde les jeunes, en déclarant qu'ils pourraient mettre leur carrière en péril en choisissant le télétravail. À l'époque, il s'agissait surtout d'inciter, sous la pression des entreprises, et notamment des banques de la City, les salariés à reprendre le chemin du bureau...

Auteur

  • Lys Zohin