logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Le climat pourrait freiner la réduction de l’écart femmes-hommes

Egalité professionnelle | publié le : 15.11.2021 | Gilmar Sequeira Martins

Égalité femme-homme et climat

Le climat peut-il retarder le comblement des écarts existant actuellement entre femmes et hommes dans de nombreux domaines ? Une étude du Boston Consulting Group (BCG) arrive à une conclusion aussi affirmative que pessimiste. Si les tendances observées actuellement dans les systèmes éducatifs et le marché de l’emploi se maintiennent, les stratégies déployées pour atténuer le changement climatique et s’y adapter pourraient repousser de 15 à 20 ans l’obtention de l’égalité entre femmes et hommes. Pour le cabinet BCG, une telle conclusion tient d’abord à la sous-représentation des femmes dans l’économie dite "verte". Cette sous-représentation provoque une cascade de conséquences parmi lesquelles des possibilités plus faibles d’accéder à un emploi dans ce secteur d’activité pourtant en forte croissance ou bien de participer à des actions de formation ou encore de pouvoir lever avec succès des fonds pour financer le lancement de start-up dans ce domaine.

À partir des actions menées avec des organisations privées et publiques, le BCG suggère d’engager des actions prioritairement dans deux domaines. Il propose à ces acteurs d’analyser leurs investissements en faveur du climat à la lumière des exigences liées à l’égalité entre femmes et hommes. Les décideurs devraient s’assurer que les femmes peuvent pleinement participer à l’effort visant à réduire les effets du réchauffement climatique, notamment en soutenant les femmes entrepreneurs de l’économie verte. Une seconde action peut être engagée dans le domaine de l’emploi. Le cabinet BCG propose d’assurer l’égalité d’accès aux postes créés dans le domaine des activités liées à l’écologie.

Les organisations publiques aussi bien que privées doivent prendre des mesures pour augmenter dans leurs effectifs la part des femmes formées en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques ainsi que celles formées dans les domaines liés au développement durable. Plus globalement, les acteurs de l’ensemble du tissu productif doivent proposer aux femmes des opportunités égales à celles des hommes dans la formation continue qui doit assurer la transition écologique vers une croissance conforme aux exigences du développement durable. Sans une action forte, le BCG estime que l’écart séparant les femmes des hommes pourrait revenir en 2030 au niveau atteint en 2010.

 

Auteur

  • Gilmar Sequeira Martins