logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

L'âge reste le premier critère de discrimination en entreprise ressenti par les salariés (baromètre égalité des chances Medef/AFMD)

Egalité professionnelle | publié le : 12.10.2021 | Benjamin d'Alguerre

age discrimination en entreprise

En entreprise, l’âge demeure le premier critère de discrimination, selon les salariés.

Crédit photo aleutie - stock.adobe.com

En entreprise, l’âge demeure le premier critère de discrimination, estiment les salariés. C’est ce qui ressort des résultats du dixième baromètre de la perception de l’égalité des chances du Medef et de l’Association française des managers de la diversité (AFMD) dévoilé le 11 octobre 2021. Au total, sur 1 500 salariés interrogés dans le cadre de cette enquête, 40 % citaient l’âge comme première source discriminante bien avant l’apparence physique (26 %), le sexe (24 %), le diplôme (21 %), l’origine sociale (13 %) ou la couleur de peau (12 %). D’une manière générale, cependant, le sentiment de discrimination en entreprise et sur le marché du travail diminue année après année. Ainsi, seuls 34 % des sondés estiment subir des discriminations au sein de leur propre entreprise. Ils étaient, à titre de comparaison, 41 % en 2020 et 45 % en 2012. Ce sentiment de sécurité se renforce aussi face au marché du travail en général : si 45 % des salariés se sentent encore potentiellement discriminés en 2021, la tendance est nettement à la baisse depuis dix ans. Ils étaient 57 % en 2012, 51 % en 2014 et 48 % en 2018. Il n’y a guère qu’en 2020 que ce taux a grimpé à nouveau (56 %), conséquence de la crise sanitaire qui a ébranlé le marché de l’emploi et contraint les salariés au télétravail, donc à l’éloignement géographique. "Le télétravail a rendu les gens invisibles et leur a fait craindre d’être oubliés et moins bien traités", analyse Armelle Carminati-Rabasse, présidente de la commission Innovation sociale et managériale du Medef.

L’égalité entre les femmes et les hommes reste de loin le sujet prioritaire (47 %), même si son acuité se tasse un peu cette année (reflet probable des progrès mesurés par l’index d‘égalité salariale). Il est immédiatement suivi dans les préoccupations des salariés par les questions d’égalité hommes-femmes (46 %) et d’âge (37 %). En outre, les salariés se sentent de mieux en mieux dans les entreprises : 80 % d’entre eux trouvent que leur entreprise représente bien la diversité de la société (+ 9 points en cinq ans), montrant que l’entreprise est un lieu de plus en plus inclusif. Au-delà, la confiance des salariés dans leur entreprise progresse encore : 77 % des salariés s’y sentent bien (+ 2 points en un an). En dix ans, cet indice a gagné 11 points.

 

Auteur

  • Benjamin d'Alguerre