logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Dans la finance britannique, les femmes ont encore du mal à gravir les échelons

Egalité professionnelle | publié le : 04.03.2021 | Lys Zohin

Les femmes qui travaillent dans les services financiers à la City de Londres sont non seulement sur-représentées dans les postes non exécutifs, mais en plus elles gagnent, lorsqu'elles ont des responsabilités élevées, un salaire nettement inférieur à celui des hommes, selon l'analyse effectuée par le cabinet juridique spécialisé Fox & Partners. De fait, les femmes dans les fonctions exécutives gagnent en moyenne l'équivalent de 286.000 euros par an, contre 837.000 euros pour un directeur, soit un écart de 66 %... Cette recherche a été publiée dans la foulée d'un rapport, parrainé par le gouvernement, selon lequel la proportion de femmes dans les conseils d’administration des 350 plus grandes entreprises britanniques était d'un tiers. Fox & Partners souligne que les sociétés cotées veulent bien faire de la place aux femmes dans des rôles non exécutifs, comme dans les conseils d'administration, mais sont nettement moins enclines à les nommer à des postes de leadership, qui influencent la vie de l'entreprise et sont mieux rémunérés. Une façon d'enregistrer des progrès dans ce domaine serait, du point de vue du cabinet, de signer la charte gouvernementale « Femmes dans la finance », dans laquelle les institutions financières s'engagent à promouvoir la diversité de genre en se fixant des objectifs internes en matière de proportion de femmes dans les postes de management senior et en publiant chaque année leurs avancées. Comme ailleurs en Europe où ils sont appliqués, l'idée de quotas pour les femmes dans les conseils d'administration circule au Royaume-Uni depuis plusieurs années, mais pour l'heure, les entreprises ont préféré mettre en place des systèmes volontaires. Selon les analystes, nombreuses sont celles qui considèrent que lorsqu'elles ont nommé une femme dans leur conseil, elles n'ont plus d'efforts à fournir pour promouvoir la diversité au sein de l'ensemble de l'organisation et en particulier à des postes de direction.

Auteur

  • Lys Zohin