logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Un quasi-gel des salaires en 2021 selon Deloitte

Rémunérations | publié le : 26.10.2020 | Lys Zohin

Un quasi-gel des salaires en 2021 selon Deloitte

Un quasi-gel des salaires en 2021 selon Deloitte

Crédit photo lefebvre_jonathan - stock.adobe.

Après avoir publié, début septembre, son étude annuelle sur les rémunérations individuelles, Deloitte a décidé de la réactualiser, compte tenu des dernières évolutions liées à la crise sanitaire et économique. Dans une enquête flash, réalisée fin septembre auprès de son panel de 60 entreprises participantes, le cabinet de conseil a noté des appréhensions accrues de la part des entreprises, qui ont pour conséquence un recul des budgets dédiés aux augmentations annuelles...

De fait, le budget médian des entreprises baisse par rapport à l'enquête de juillet et passe de 1,7% à 1,5%. En outre, le budget d'augmentations s'avère moins élevé pour les ouvriers et les employés que pour les techniciens/agents de maîtrise, tandis que les entreprises des secteurs les moins impactés par la crise, comme l'industrie de la santé ou des technologies, prévoient des augmentations supérieures à la moyenne. À l'inverse, les secteurs frappés de plein fouet par la crise, comme l'industrie, le transport ou le BTP ont, logiquement, davantage l'intention de réduire ce budget. Au point que Deloitte envisage un quasi-gel des salaires pour 2021... À l'heure actuelle, 18% des entreprises le prévoient et 44% annoncent des budgets d'augmentation inférieurs à 1% de la masse salariale. Par ailleurs, le recours à la prime Macron (prime PEPA) diminue. Seules 5% des entreprises déclarent souhaiter la verser, tandis que 33% déclarent ne pas encore avoir décidé de son versement ou non. « C'est un véritable recul par rapport aux pratiques constatées ces deux dernières années, puisque 23% des sociétés ont eu recours à ce dispositif en 2020 et 60% en 2019 selon les études sur les rémunérations individuelles menées par Deloitte », précise le cabinet.

Auteur

  • Lys Zohin