logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Le Premier ministre japonais demande des augmentations salariales d'au moins 3 % aux entreprises

Salaires | publié le : 29.11.2021 | Lys Zohin

Salaires japon

Les négociations entre partenaires sociaux ne commenceront qu'au printemps prochain mais le nouveau Premier ministre nippon, Fumio Kishida, a déjà donné le ton : il a incité les entreprises – en tout cas celles qui se sont déjà remises de la crise – à donner un coup de pouce de l'ordre de 3 % ou plus à leurs salariés, à l'occasion d'une grande réunion organisée par ses services sur le nouveau capitalisme, que Fumio Kishida veut plus redistributif. Ces dernières années, les grandes entreprises japonaises ont conclu des accords salariaux aboutissant à des augmentations de seulement 2,18 % en 2019, 2 % en 2020 et 1,86 % cette année. "Je veux stopper cette tendance au recul des augmentations", a-t-il déclaré. C'est la première fois en quatre ans que les autorités donnent une indication chiffrée si précise pour les augmentations de salaires dans le privé. Reste à savoir si les entreprises entendront cet appel. La plupart font preuve d'une prudence accrue face à la crise et à l'évolution de la pandémie. Et l'ancien Premier ministre, Shinzo Abe, avait eu peu d'écoute de la part des entreprises, qu'il avait incitées à partager les bénéfices tirés de sa politique économique. En outre, Fumio Kishida a annoncé que l'État augmenterait également les fonctionnaires, et en particulier les travailleurs sociaux, de même que le personnel médical et d'aide aux personnes âgées, dans les mêmes proportions. Enfin, le gouvernement nippon s'est engagé à épauler les petites entreprises, qui ont davantage de mal à traverser la crise, face aux coûts accrus des matières premières, d'énergie et du travail, autant d'augmentations qu'elles ont du mal à répercuter sur les prix et les consommateurs. L'ambition générale est donc non seulement de relancer l'économie – et à cet égard, le gouvernement a également dévoilé la semaine dernière un nouveau plan de relance record, équivalant à plus de 400 milliards d'euros – mais aussi de rendre ce nouveau capitalisme plus égalitaire.

Auteur

  • Lys Zohin