logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

La plus grande affaire de discrimination salariale arrive à la cour suprême britannique

Rémunérations | publié le : 13.07.2020 | Lys Zohin

Crédit photo

La cour suprême du Royaume-Uni vient d'ouvrir l'examen de ce qui a été baptisé la plus grande affaire de discrimination salariale dans le pays, sans précédent dans le secteur privé. Elle concerne quelque 35 000 salariées d'Asda, une chaîne de supermarché possédé par Walmart, le géant américain de la grande distribution, qui tentera pour la dernière fois de prouver que leur rôle, dans les supermarchés, n'est pas comparable à celui des hommes, nettement plus nombreux, dans ses centres de distribution, ce qui expliquerait pourquoi elles sont moins payées... Le jugement devrait intervenir à l'automne. Asda a déjà perdu à trois reprises, avant que le cas n'arrive à la cour suprême. En effet, la cour d'appel avait décidé en janvier dernier que les rôles dans les supermarchés et dans les centres de distribution pouvaient être comparables pour que ce qui concerne l'égalité salariale.

Le Tribunal de l'emploi (qui statue en matière de droit du travail) avait déjà fait de même en octobre 2016, jugement confirmé en appel en août 2017. « Asda refuse toujours d'accepter la décision de trois tribunaux sur la question de la comparabilité », regrette l'avocate Lauren Lougheed, du cabinet Leigh Day, qui représente les plaignantes dans l'affaire. « Mais nous sommes déterminés à ce que nos clientes, d'Asda et des cinq grandes chaînes de supermarchés du pays, aient gain de cause. » Au total, le cabinet représente en effet plus de 40 000 salariées, d'Asda, mais aussi de Sainsbury’s, Tesco, Morrisons et la Co-op, dans des affaires similaires, et qui pourraient être impactées par la décision de la cour suprême sur Asda. « Ce cas, concernant l'égalité de valeur du travail, est extrêmement complexe et mérite d'être étudié. Nos taux horaires diffèrent dans les magasins et dans les centres de distribution du fait que les contraintes sont complètement différentes. Ces salariés travaillent dans des secteurs différents et nous offrons les taux horaires en fonction de ces secteurs, sans discrimination de genre. Quel qu'en soit le résultat, les implications, pour toutes les entreprises britanniques, seront énormes », a souligné une porte-parole d'Asda. De fait, les avocats estiment que si la grande distribution perd devant la cour suprême et doit rétablir l'égalité salariale pour toutes celles qui sont éligibles, les montants pourraient dépasser les 8 milliards de livres sterling (près de 9 milliards d'euros). Et le jugement pourrait faire tache d'huile dans l'ensemble de l'économie britannique. À condition que les salariées puissent prouver que leur rôle a la même « valeur »...

Auteur

  • Lys Zohin