logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Des bonus qui ne passent pas à Air Canada

Rémunérations | publié le : 02.06.2021 | Lys Zohin

Révélée dans une note aux actionnaires, la décision de verser un total de 10 millions de dollars canadiens (6,7 millions d'euros) en bonus et en actions d'Air Canada à l'équipe de direction et aux top managers – au moment même où la compagnie aérienne négociait un plan de sauvetage avec les autorités fédérales canadiennes (équivalant à 4 milliards d'euros) – a suscité la colère des syndicats. D'autant plus qu'Air Canada a également licencié 20.000 salariés (la moitié des effectifs) au plus fort de la pandémie de Covid-19. Pis, les 10 millions de dollars versés ne représentent que la moitié d'un package approuvé par le conseil d'administration. Compte tenu de la « performance exceptionnelle » des équipes dirigeantes pendant la crise, il a considéré qu'elles méritaient bien un coup de pouce pour « mitiger les effets de la pandémie » sur leur pouvoir d'achat, puisqu'elles avaient accepté une réduction de salaire au début de la crise.... Sans oublier qu'il fallait « motiver et retenir les meilleurs talents », a justifié la compagnie. Le versement du reste de cette prime risque cependant d'être compromis, puisque le plan de sauvetage négocié avec les autorités fédérales est assorti d'un plafonnement de la rémunération totale et individuelle des membres de l'équipe dirigeante à 1 million de dollars canadiens par an jusqu'à ce que tous les prêts gouvernementaux soient remboursés. « Verser des bonus au top management alors qu'il licenciait par milliers et demandait aux contribuables de sauver l'entreprise n'est pas seulement injuste, c'est un signe de faillite morale », s'est insurgé Mark Hancock, le président national du Canadian Union Public Employees, l'un des syndicats représentant les salariés d'Air Canada. L'affaire a aussi alerté les parlementaires. Les Conservateurs, dans l'opposition, se sont particulièrement émus de ce qu'ils considèrent comme du laxisme de la part du gouvernement de Justin Trudeau envers la compagnie aérienne nationale.

Auteur

  • Lys Zohin