logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

L'actionnariat salarié est de moins en moins démocratique en Europe

Actionnariat salarié | publié le : 08.04.2022 | Lys Zohin

3d Schachfiguren mit Anführer und Bauern, freigestellt

La part du capital des grandes entreprises cotées détenue par leurs salariés et dirigeants, en Europe, a progressé l'an dernier pour atteindre 433 milliards d'euros contre 316 milliards un an plus tôt et 350 milliards en 2019, avant la pandémie. Il s'agit d'un nouveau record, se réjouit la Fédération européenne de l'actionnariat salarié (FEAS) qui publie le bilan de l'année 2021. Mais si près de 94 % des grandes sociétés ont désormais un actionnariat salarié (93,9 % contre 93,4 % en 2020), la part détenue par les employés recule tandis que celle détenue par les dirigeants augmente. Ce qui fait dire à la fédération que l'actionnariat salarié est en réalité de moins en moins démocratique. Le nombre d'actionnaires employés a diminué à 6,9 millions d'individus contre 7,1 millions en 2020 et 7,2 millions il y a dix ans. Ils ne possèdent plus que 1,48 % du capital des 2 826 grandes entreprises analysées et se font dépasser ici pour la première fois par le groupe des actionnaires dirigeants (exécutifs) : une population de quelque 30 000 personnes qui, ensemble, détiennent 1,53 % du capital de ces sociétés. "Ce constat sanctionne l'échec de l'Europe à promouvoir une politique d'actionnariat salarié démocratique, conclut la FEAS qui y voit une perte d'équilibre, selon le quotidien belge "L'Écho". Ceci dit, poursuit la FEAS, "on n'obtient pas de bons résultats côté salariés sans incitations de nature fiscale, c'est-à-dire sans une politique publique de soutien, car à la base, le salarié n'a, le plus souvent, pas les moyens d'investir dans son entreprise". À cet égard, la France se détache d'ailleurs du lot, en affichant le plus haut score (3,5 % du capital). Autre enseignement du bilan, le lien étroit entre l'actionnariat salarié et l'ancrage ou la délocalisation des emplois. "Plus l'ancrage des emplois est fort, plus la démocratisation de l'actionnariat est soutenue", souligne ainsi la fédération.

Auteur

  • Lys Zohin