logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Amazon menacé d'une grève mondiale pour le Black Friday

Syndicats | publié le : 25.11.2021 | Lys Zohin

Amazon

Le géant du commerce en ligne pourrait décevoir les millions de consommateurs qui veulent se précipiter sur les bonnes affaires lors du Black Friday, cette folie collective de shopping instaurée au lendemain de Thanksgiving, aux États-Unis. Et pour cause, une coalition de salariés et de syndicats, baptisée Make Amazon Pay, a appelé à une grève ce jour-là, dans 20 pays où Amazon a des entrepôts, dont les États-Unis, l'Inde et l'Allemagne. Le tout dans le but de réclamer des augmentations de salaires et de meilleures conditions de travail (sécurité, pauses, congés maladie et transparence sur les actions prises par rapport à la pandémie, etc), de même qu'un engagement plus fort de la part de l'entreprise en matière de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre et de lutte contre le réchauffement climatique et un changement de culture, pour la rendre moins anti-syndicale. La société a triomphé il y a quelques mois en Alabama, où une tentative de syndicalisation a échoué. Enfin, les membres de la coalition veulent qu'Amazon paie correctement ses impôts, au lieu d'user de stratagèmes pour les éviter. "La pandémie a exposé toutes les caractéristiques d'Amazon et en particulier le fait que l'entreprise place le profit avant les salariés, la société et la planète. Amazon prend trop et redonne trop peu. Il est temps qu'elle paie", déclare le document publié par Make Amazon Pay. En Allemagne, le plus grand marché d'Amazon après les États-Unis, le syndicat Verdi indique que les salariés ont l'intention de faire grève dans les centres de distribution de Rheinberg, Coblence et Graben. L'an dernier, le même appel à la grève avait été lancé, à la même occasion. Depuis, malgré la pression des salariés, des syndicats et de l'opinion publique, la situation a peu changé pour les salariés, si ce n'est des augmentations de salaires, dues à la pénurie de main-d'oeuvre, le taux horaire pour les nouvelles recrues passant de 17 à 18 dollars.

Auteur

  • Lys Zohin