logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Salariés : motivés mais inquiets sur le pouvoir d’achat

Relations Sociales | publié le : 27.06.2022 | Gilmar Sequeira Martins

A supermarket cart and a wooden arrow down on a white background

Des salariés motivés comme jamais ? C’est la conclusion de l’enquête annuelle HappyIndex®AtWork de ChooseMyCompany. Menée auprès de plus de 50 939 salariés, elle relève que plus de sept sur dix (71,2 %) se déclarent motivés en 2022, soit une progression de 5 points par rapport à 2020. Mieux encore : les trois quarts (75,2 %) recommanderaient leur entreprise à des personnes recherchant un emploi, soit là encore une progression notable de six points. L’évolution des organisations semble jouer un rôle important dans l’état d’esprit des salariés. Les trois quarts d’entre eux (75 %), soit une progression de dix points en cinq ans, estiment que leur entreprise sait combiner le présentiel et le distanciel pour assurer un bon déroulement des activités. Point encore plus positif, ils sont tout aussi nombreux (78 %) à considérer que le travail hybride leur apporte un sentiment accru de performance. Là encore, cet indicateur enregistre une hausse de dix points, mais sur une période de deux ans seulement.

Point tout aussi significatif, les salariés louent la culture d’entreprise, devenue le levier majeur de motivation au travail. Près des trois quarts (74,2 %) disent apprécier celle de leur organisation, un taux qui monte à 80 % parmi les PME. Le taux semble cependant inversement proportionnel à la taille des effectifs puisqu’il s’établit à 68 % dans les sociétés qui comptent plus de 1 000 salariés. Le sens au travail ? Il semble bien là puisque près de huit sondés sur dix (79 %) déclarent trouver du sens à leur travail, ce qui n’était pas le cas durant les confinements. Ceci expliquant peut-être cela, ils sont 73 % à avoir une vision claire de la stratégie diffusée par les dirigeants, qu’ils trouvent au demeurant plus accessibles grâce à une participation estimée "plus importante" dans la prise de décisions.

Tout irait pour le mieux sans la question du pouvoir d’achat qui suscite une inquiétude croissante. Les négociations annuelles déjà conclues ont abouti à des hausses moyennes de salaires de 3 %, soit bien moins que le rythme annuel de l’inflation, qui a franchi en mai le cap des 5 %. L’insatisfaction au sujet des rémunérations a augmenté de 53 % depuis 2020. Le niveau de satisfaction sur ce thème a baissé de dix points depuis 2021, s’établissant à 61 % pour les managers mais 51 % pour les collaborateurs. Les écarts entre filières sont de plus en plus importants : alors que 70 % des collaborateurs du secteur immobilier se disent satisfaits, c’est le cas pour 33 % seulement de ceux travaillant dans les produits de grande consommation et de moins qu’un quart (23 %) des sondés exerçant un métier dans la restauration, soit des chutes vertigineuses de, respectivement, 37 et 47 points par rapport à 2020.

 

Auteur

  • Gilmar Sequeira Martins