logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Le moral des dirigeants et des salariés est plutôt bon, selon le Medef

ISRH | Organisations patronales | publié le : 08.07.2020 | Lys Zohin

Crédit photo

Alors que la reprise des activités s'est amorcée, le Medef a mené deux enquêtes afin de mieux comprendre l'impact de la crise sanitaire sur l'état d'esprit des chefs d'entreprise et des salariés. La première, intitulée « Les dirigeants face à la crise sanitaire », a été réalisée avec Supermood auprès de 1203 chefs d'entreprise entre le 27 mai et le 5 juin 2020. La deuxième a porté sur la «perception du climat au travail pendant la crise sanitaire», et a été réalisée du 6 au 18 mai 2020 par Kantar auprès de 1502 personnes issues d'un échantillon national représentatif. Les résultats sont encourageants. Ainsi, malgré la situation économique difficile, le moral des chefs d'entreprise est relativement bon. Le pourcentage des décideurs déclarant avoir un bon moral est en effet de 68%, celui des salariés est relativement bien orienté également (avec 66% de collaborateurs qui ont bon moral). « Les chefs d'entreprise signalent le stress comme un élément stimulant », précise le Medef. C'est dans les secteurs du tourisme, des médias, du divertissement et de l'hôtellerie-restauration que le taux de bon moral, à la reprise, est le plus bas, avec 44 % pour les dirigeants et 40 % pour les salariés. En outre, les dirigeants ont la volonté de s'embarquer dans la transformation, notamment en développant le télétravail et la digitalisation, mais également en réorganisant et en adoptant de nouvelles priorités, aussi bien pour l'activité en général que pour les équipes. Enfin, souligne le Medef, «la réduction de l'impact écologique est également mentionnée régulièrement dans les changements envisagés». Par ailleurs, les dirigeants ont en grande majorité confiance dans la capacité de leurs équipes à mettre l'énergie nécessaire à la relance de l'activité et la plupart d'entre eux constatent que leurs collaborateurs ne sont pas opposés à l'idée de revenir travailler en présentiel. Cela dit, les dirigeants d'entreprise indiquent également (à 60%) qu'ils ont du mal à prendre du temps pour eux en dehors de leur entreprise et qu'il leur est difficile de concilier vie personnelle et vie professionnelle, tandis que les salariés ne sont que 33%...

Auteur

  • Lys Zohin