logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Hôtels-cafés-restaurants : l'État pourra prendre en charge 10 jours de congés payés pris entre le 1er et le 20 janvier

Relations Sociales | publié le : 04.12.2020 | Benjamin d'Alguerre

Crédit photo

Le Gouvernement a mis en place un nouveau dispositif de soutien pour les hôtels-cafés-restaurants dont la réouverture n’est programmée – au mieux – que dans la seconde moitié du mois de janvier 2021. En plus des reports de charges, des PGE ou de l’aide financière au titre du fonds de solidarité, les ministères du Travail et des PME ont annoncé, à l’issue d’une rencontre mercredi 2 décembre avec les principales fédérations professionnelles du secteur, ainsi qu’avec le Medef et la CPME, une prise en charge par l’État et l’Unédic de dix jours de congés payés pour les salariés des établissements concernés. Coût de la mesure : « plusieurs centaines de millions d’euros », avance-t-on rue de Grenelle, faute de chiffrage plus précis. Cette prise en charge se fera au titre de l’activité partielle à hauteur de 70% du salaire brut, charge aux employeurs de compléter le reliquat.

La mesure est tout de même restrictive : ne seront concernées que les entreprises ayant dû fermer pendant au moins 140 jours durant les deux confinements ou ayant perdu au moins 90% de leur chiffre d’affaires durant la crise sanitaire. Une dernière décision qui vise à intégrer le secteur de l’hôtellerie dans ce dispositif. « Il fallait statuer sur le cas des hôtels restés ouverts mais sans clientèle », précise-t-on dans l’entourage d’Élisabeth Borne. Restriction supplémentaire : les congés ainsi pris devront l’être entre le 1er et le 20 janvier 2021, afin d’écluser le solde accumulé pendant l’année 2020. La prise de congés par anticipation devra faire l’objet d’une consultation des CSE des établissements concernés.

Auteur

  • Benjamin d'Alguerre