logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

« Les OS se sont entendues sur trois priorités : sauver l’emploi, puis à défaut encourager le volontariat, puis obtenir le meilleur accompagnement possible » (CFE-CGC)

Dialogue Social | publié le : 22.01.2021 | Gilmar Sequeira Martins

Interview de Marie Delarchand, coordinateur CFE-CGC.

Comment expliquez-vous que l’ensemble des organisations syndicales aient signé l’accord sur les mesures d’accompagnement du PSE ?

Marie Delarchand (coordinateur CFE-CGC) : Il y a un « esprit de corps » syndical. Être coordinateur permet aussi d’avoir une vision circulaire de l’entreprise et pas pyramidale. Nous avons aussi eu, dès le départ du plan social, un très bon expert. Et toutes les OS se sont entendues sur des axes séquentiels et non parallèles, sur trois priorités : sauver l’emploi, puis à défaut encourager le volontariat, puis obtenir le meilleur accompagnement possible.

Êtes-vous confiante dans l’adhésion des salariés concernés aux propositions de reclassement ou de transfert ?

M. D. : Il y a déjà plus de 300 postes ouverts en mobilité mais il y a de grandes disparités entre régions. À Toulouse et à Nantes, avec des populations peu âgées et une bonne dynamique d’emploi, la proportion de demandes de mobilité par rapport au nombre de postes supprimés est relativement faible (17 % et 32%) alors que sur les autres sites, avec des populations plus âgées et une dynamique d’emploi plus faible, cette proportion dépasse les 50 % et atteint même 154 % à Tarbes.

À quelles conditions un dialogue social de qualité peut-il être maintenu en période de crise aussi particulière ?

M. D. : L’accompagnement d’un expert permet d’avoir un regard plus large et il y aussi les rencontres mensuelles entre coordinateurs et la direction générale pour être surs de bien se comprendre. C’est la mise en œuvre du PSE qui sera compliquée car la déclinaison sur les différents sites peut générer des interprétations or les cas mal gérés entraînent une perte de confiance des salariés. Les IRP ont une responsabilité dans un dialogue social de qualité mais son garant est la direction.

 

Auteur

  • Gilmar Sequeira Martins