logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Le dialogue social à distance "plus efficace, mais épuisant" (Réalités du dialogue social)

Dialogue Social | publié le : 11.05.2021 | Benjamin d'Alguerre

Après une année de dialogue social par Teams, Skype ou Zoom, les acteurs de l’entreprise, services de ressources humaines comme représentants du personnel, sont sur les rotules. C’est ce que révèle l’enquête « de la négociation collective en ligne à la signature dématérialisée d'accords" » réalisée par l’association Réalités du dialogue social auprès de 27 acteurs sociaux (55 % de RH, 45 % d’élus) et dévoilée début mai. « Ce qui apparaît, c’est que le dialogue social à distance est jugé plus efficace, mais épuisant », note Elsa Martinez, chargée de mission au sein de l’association.

Les acteurs n’ont cependant pas eu le choix. Si, au départ, il s’agissait d’un palliatif au confinement obligatoire de mars à mai 2020 et que les premières négociations à distance avaient justement pour objectif d’adapter les conditions de travail à la réalité de la Covid-19 (informations-consultations sur les mesures sanitaires, activité partielle…), la persistance de la pandémie les a contraints à une généralisation du dialogue distantiel avec l’instauration de négociations sur la GPEC, l’égalité hommes-femmes ou encore sur les mesures de restructuration (PSE ou RCC) par écrans interposés.

La méthode n’est pas sans avantages : « Elle oblige les acteurs à fournir un important travail rédactionnel en amont et limite les séances à deux ou trois heures maximum », note Elsa Martinez. Elle contraint cependant les acteurs à mener des échanges intenses, à multiplier les tours de table et surtout à se passer du « off », cet informel qui aide parfois les débats à se déverrouiller entre deux portes. Un RH sur deux regrette la disparition du caractère parfois informel des discussions. Surtout, le caractère loyal des échanges est parfois remis en cause, certains négociateurs à distance pouvant redouter d’être écoutés ou enregistrés par des tiers pendant la séance. « La perte du off contraint à une multiplication des bilatérales en amont », reconnaît Jean-François Very, directeur des affaires sociales du groupe Bayer. Et l’épuisement n’est jamais loin.

Poursuivre à distance après le déconfinement ? Pour la majorité des répondants, c’est non, même si des segments de négociation numérique ne sont pas à exclure à l’avenir, notamment pour les réunions préparatoires. « Le digital sera intégré dans nos réunions, même si le présentiel reste le mode idéal de négociation », affirme-t-on côté syndical.   

Auteur

  • Benjamin d'Alguerre