logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

« En temps de crise, le dialogue social peut être maintenu parce qu’il n’est jamais trop tard pour être loyal et faire preuve de transparence » (CFDT Daher)

Dialogue Social | publié le : 22.01.2021 | Gilmar Sequeira Martins

Interview de Jérôme Crespin, coordinateur CFDT.

Comment expliquez-vous que l’ensemble des organisations syndicales aient signé l’accord sur les mesures d’accompagnement du PSE ?

Jérôme Crespin (coordinateur CFDT) : Au vu de la modification économique du marché, une ré-organisation devait avoir lieu. Il y a aussi le travail unanime réalisé durant le confinement qui s’est poursuivi durant le PSE. Les cinq OS ont trouvé un consensus entre elles sur les revendications et les attentes des salariés. Nous avons mis en œuvre tous les volets de mobilité que nous imaginions possibles, même si par rapport à d’autres PSE, certaines entreprises ont des moyens financiers supérieurs. Cela nous permet d’accompagner les salariés qui vont partir ou changer de poste et aussi d’assurer la pérennité du groupe.

Êtes-vous confiant dans l’adhésion des salariés concernés aux propositions de reclassement ou de transfert ?

J. C. : Je ne peux pas encore répondre à cette question. Certains sites sont très impactés, comme Toulouse, et d’autres quasiment pas. Nous sommes encore dans la phase « powerpoint » du PSE, mais il y a de bons prémices. Beaucoup de gens se sont porté volontaires pour des de mobilité pour partir, que ce soit pour un départ en retraite ou des projets personnels. Malgré la crise, les gens se projettent. Il est encore trop tôt pour savoir combien vont concrétiser leurs projets.

À quelles conditions un dialogue social de qualité peut-il être maintenu en période de crise aussi particulière ?

J. C. : Chez Daher, nous avons un dialogue social de qualité même si le groupe est historiquement composé d’une mosaïque d’entreprises avec des horizons très divers. Le dialogue social ne se mesure pas qu’en euros. Il se mesure en termes de loyauté et de partage des enjeux. Il faut que les partenaires sociaux et les DRH s’impliquent et se communiquent clairement les enjeux de l’entreprise mais aussi des salariés. En temps de crise, le dialogue social peut être maintenu parce qu’il n’est jamais trop tard pour être loyal et faire preuve de transparence.

Auteur

  • Gilmar Sequeira Martins