logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Elon Musk va devoir composer avec les syndicats allemands à Berlin

Dialogue Social | publié le : 29.11.2020 | Lys Zohin

Elon Musk, le patron de Tesla, est venu en personne à Berlin dans le but de recruter quelque 12.000 professionnels – des ingénieurs aux magasiniers –pour son usine de Grunheide, au sud-est de Berlin. Elle devrait produire, à partir de l'été 2021, 500.000 véhicules électriques par an. Si ses premiers tweets, « Je viens recruter les super ingénieurs à Berlin, et je ferai les entretiens moi-même » entre autres, ont suscité des milliers de réponses de la part de candidats, ils ont aussi attiré l'attention des syndicats allemands. « Nous sommes en contact avec nos organisations sœurs aux États-Unis, et nous sommes parfaitement au courant des litiges qui les opposent à Tesla », a ainsi déclaré Birgit Dietze, représentante d'IG Metall pour le land du Brandebourg, où se trouve Berlin. Il y a quelques mois, IG Metall avait d'ailleurs envoyé une lettre à Elon Musk. Si le syndicat appréciait l'idée d'un investissement colossal dans la banlieue de Berlin, il voulait toutefois « dialoguer » avec l'entreprise. En d'autres termes, s'assurer que les salariés pourront se syndiquer. Tesla n'avait pas jugé bon de répondre...

De fait, Elon Musk, qui considère les syndicats comme « une institution du passé », a déjà annoncé qu'il n'avait pas l'intention d'accueillir les syndicats dans son usine de Berlin. Reste qu'un conflit avec le puissant syndicat IG Metall pourrait lui poser des problèmes. Déjà, Tesla a eu maille à partir avec les syndicats en 2017, lorsque la société américaine a racheté Grohmann Engineering, dans la petite ville de Prüm (Palatinat) et voulait proposer des salaires 30% inférieurs à la moyenne allemande. La moitié des salariés repris s'étaient empressés de se syndiquer... Après des menaces de grève, Tesla a accepté les conditions des syndicats avec une grille salariale compétitive. Aux États-Unis, où Tesla refuse la syndicalisation, la société fait l'objet de plusieurs poursuites de la part de salariés sur les conditions de travail et les salaires.

 

 

 

Auteur

  • Lys Zohin