logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Le ministère du Travail va recruter 120 inspecteurs en 2021

Règlementation du travail | publié le : 03.03.2021 | Gilmar Sequeira Martins

Le ministère du Travail veut étoffer les effectifs des inspecteurs du travail. Pour 2021, 120 postes sont ouverts, dont une vingtaine en Île-de-France. Trois types de candidats peuvent postuler : les étudiants titulaires d’un diplôme de niveau II (Bac + 3), plus spécialement ceux issus de filières juridiques ou scientifiques ; les fonctionnaires et agents publics justifiant de quatre années d’ancienneté ; enfin les personnes justifiant de huit années de mandat syndical, électif ou d’activité professionnelle.

L’annonce du ministère a réjoui les représentants syndicaux puisque le nombre annuel moyen de recrutements oscille entre 20 à 80 agents. « Selon la ministre elle-même, il manque 200 agents de contrôle, relève Vadim Hosejka, secrétaire général de FO TEFP (Travail Emploi et Formation Professionnelle). Cette hausse du niveau de recrutements est positive. Nous espérons qu'il va se maintenir durant deux ou trois ans pour combler le manque d'agents de contrôle. » Pour autant, il n’est pas sûr que ce relèvement du nombre d’admis au concours suffise à régler la question du manque d’effectifs. « En 2019, l'âge moyen des inspecteurs du travail était de 47,7 ans et plus de 150 agents ont plus de 60 ans », indique Vadim Hosejka, qui pointe une autre problématique : « En 2019 et 2020, tous les postes n'ont pas été pourvus, faute de candidats qui avaient le niveau nécessaire selon le jury. C'est un signe de la baisse d'attractivité du métier. »

Le responsable syndical souligne par ailleurs que « le nombre d’inscrits au concours n'a cessé de baisser depuis dix ans ». Une tendance due selon lui à la faible attractivité de la rémunération (1.600 euros nets pour un inspecteur élève, puis 2.000 euros nets en sortie de formation, et entre 2.500 et 2.600 euros nets après dix ans de carrière). FO TEFP estime aussi nécessaire une revalorisation de la prime IFSE. « Elle est aujourd'hui inférieure à celles de corps qui ne sont pas des corps techniques comme les attachés », souligne Vadim Hosejka.

 

Auteur

  • Gilmar Sequeira Martins