logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Une entreprise japonaise va verser des dommages à un salarié gay « outé » par son manager

ISRH | Droit du travail | publié le : 02.12.2020 | Lys Zohin

Crédit photo

Révéler, sans son consentement, l'homosexualité d'un collaborateur entraîne désormais des conséquences, y compris financières, pour une entreprise au Japon. Toshima Ward, à Tokyo, vient de conclure un accord avec un jeune homosexuel, « outé » par son manager. Le jeune homme avait en effet porté l'affaire en justice et l'entreprise a préféré négocier. Malgré les nombreuses discriminations dont les personnes LGBT+ font l'objet dans le monde du travail au Japon, les poursuites de la part des victimes sont peu courantes. Et les accords à l'amiable encore moins. Après avoir officiellement présenté ses excuses au jeune homme, la société s'est engagée à lui verser des dommages et intérêts pour « détresse mentale ». « J'espère que mon cas offrira une occasion d'éliminer l'outing de la société et du monde du travail », a déclaré le jeune homme. Pour certains observateurs, cette affaire, relayée par la presse nippone, pourrait conscientiser le public sur les discriminations envers les personnes LGBT+. Si, en juin dernier, le gouvernement avait désigné la révélation de l'homosexualité sans consentement, de même que les insultes anti-gay, comme des infractions à la loi – et exige de la part des employeurs des mesures pour prévenir ce genre de situations –, les experts estiment que le texte reste en deçà de la réalité et demandent que les autorités imposent la prise de mesures plus explicites de la part des employeurs. Selon la première étude réalisée en 2019 par le gouvernement auprès des entreprises japonaises, seules 10 % d'entre elles déclaraient avoir des politiques claires visant à protéger les droits des minorités sexuelles. Plus de 30 % des employeurs interrogés annonçaient n'avoir aucune intention de prendre des mesures, en particulier à ce qui concerne l'outing. En outre, sur les 10.000 entreprises de plus de 50 salariés sollicitées, seules 2.388 avaient jugé bon de répondre à l'enquête gouvernementale. 

Auteur

  • Lys Zohin