logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

L'Espagne réfléchit à la semaine de 32 heures et de quatre jours

Droit du travail | publié le : 06.12.2020 | Lys Zohin

Crédit photo

Le gouvernement espagnol réfléchit actuellement à un raccourcissement de la durée du temps de travail, pour porter la durée hebdomadaire du travail à 32 heures (contre 40 heures actuellement), et planche également sur la semaine à quatre jours de travail afin d'améliorer la situation de l'emploi, selon la presse ibérique. C'est le ministre des Droits sociaux, Pablo Iglesias, également deuxième vice-président du gouvernement, qui l'a révélé lors d'une émission de télévision évoquant l'exemple d'Unilever, la multinationale venant de lancer une expérimentation ad hoc pour ses salariés en Nouvelle-Zélande. « Nous avons toujours été partisans d'une réduction du temps de travail, a déclaré le leader du parti de gauche Podemos, et la ministre du Travail, Yolanda Díaz, en étudie la faisabilité ». Une telle proposition pourrait donc être présentée par le gouvernement dans le cadre du dialogue avec les partenaires sociaux. L'initiative est soutenue par les partis de gauche, tel que Más País. « L'Espagne doit reconstruire son économie et elle en a l'occasion avec une semaine de 32 heures et de quatre jours », a déclaré son leader, Íñigo Errejón. Más País souhaite que le gouvernement lance une expérimentation assortie d'une somme forfaitaire donnée aux entreprises qui testeraient la réduction du temps de travail. « L'Espagne doit être leader dans ce domaine en Europe, au même titre qu'elle l'a été il y a 100 ans, en adoptant la journée de huit heures », a-t-il conclu. Certains experts émettent toutefois des réserves. « Légiférer sur la semaine de quatre jours dans une économie très centrée sur les services comme la nôtre me paraît difficile », a expliqué le professeur de droit du travail Daniel Toscani, de l'université de Valence, dans la presse. Quant à la Confédération patronale, elle s'est pour l'instant refusée à tout commentaire, le dossier « n'étant pas actuellement sur la table dans le cadre du dialogue social ».

Auteur

  • Lys Zohin