logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Les syndicats européens s'inquiètent qu'un accord sur le Brexit sacrifie les droits des travailleurs

Droit du travail | publié le : 07.12.2020 | Lys Zohin

Crédit photo

Tandis que les négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne entrent dans leur dernière ligne droite, la Confédération Européenne des Syndicats (CES) a envoyé, le 7 décembre, une lettre à Michel Barnier, le négociateur pour l'Union européenne. La CES s'inquiète d'un accord qui sacrifierait les droits des travailleurs et soupçonne l'équipe européenne de négociation d'envisager d'abandonner, pour faciliter un accord, la clause dite "d'un cran au-dessus". Celle-ci assurerait dans un premier temps le maintien, par le Royaume-Uni, des droits pour les travailleurs (de même que les exigences environnementales) au même niveau que ceux pratiqués dans l'Union, avec un objectif clair de les améliorer ensuite, en tandem. Si l'UE avait insisté pour que cette clause soit présente dans l'accord, dans le but d'empêcher le Royaume-Uni de pratiquer le dumping social, elle serait désormais favorable, pour débloquer le dossier, à ce que l'accord ne comporte qu'une simple clause de « non-régression » des droits des travailleurs, moins protectrice.» Dans un tel cas de figure, les deux parties s'engageraient simplement à ne pas réduire les droits des travailleurs par rapport à leur niveau actuel, sans inclure d'amélioration potentielle à l'avenir. « Si c'est effectivement le cas, la CES partage les inquiétudes des États membres : ces garanties ne seraient pas suffisantes pour protéger les entreprises et les salariés européens d'une concurrence déloyale de la part du Royaume-Uni à l'avenir. Et s'il s'agit d'appliquer simplement le Code du travail britannique, déjà moins protecteur, les salariés européens seraient encore plus exposés. Enfin, Londres n'a pas fait mystère de sa « volonté d'utiliser sa souveraineté à l'avenir pour retrouver des marges de manœuvre en matière de compétitivité », a écrit Luca Visentini, le secrétaire général de la CES.


 

Auteur

  • Lys Zohin