logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Le licenciement d'un salarié espagnol infecté par la Covid-19, jugé discriminatoire et illégal

Droit du travail | publié le : 12.02.2021 | Lys Zohin

Un juge de Barcelone vient de rendre sa décision dans le cas d'un salarié licencié par son employeur après avoir été infecté par le nouveau coronavirus.

Le licenciement est annulé, car discriminatoire, a indiqué le juge. L'entreprise doit le réintégrer, lui payer ses arriérés de salaire et lui verser un dédommagement. C'est la première décision sur un cas de ce type. Auparavant, les tribunaux avaient seulement eu à se prononcer sur des affaires de licenciements liés à l'état d'urgence et les avaient annulés. Mais ces salariés n'avaient pas été infectés. « Dans le cas présent, l'entreprise a licencié son salarié parce qu'il était soupçonné d'avoir une maladie hautement contagieuse, ce qui revient à une forme de discrimination, interdite par la loi. Cette attitude revient à considérer la Covid-19 comme une maladie stigmatisante, qui produit des réactions de rejet », a expliqué le tribunal. D'autant que « le licenciement est intervenu à la fin mars, deux semaines seulement après la décision gouvernementale de décréter l'état d'urgence, face aux craintes de contaminations massives », a ajouté le texte de la décision. Rapport médical à l'appui, le salarié avait informé son employeur, le 25 mars, qu'il serait en congé maladie du fait de son infection. Son employeur lui avait retiré sa couverture sociale deux jours plus tard, sans même l'avertir, le licenciant de fait. « L'employeur n'a pas fourni de raisons objectives pour son action », a noté le juge. Les avocats du plaignant se sont félicités de la décision du tribunal de Barcelone, estimant qu' « elle contribue à cimenter le principe selon lequel il n'est pas acceptable de licencier quelqu'un qui a eu la malchance de tomber malade dans le cadre de la pandémie. D'autres décisions du même genre doivent avoir lieu pour assurer une protection totale contre toute violation des droits fondamentaux des travailleurs », ont-ils déclaré.

 

 


 


 

Auteur

  • Lys Zohin