logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Élections professionnelles : les cadres dirigeants pourront voter

ISRH | Droit du travail | publié le : 19.11.2021 | Olivier Hielle

FRANCE-ECONOMY-ILLUSTRATION OF FRENCH COMPANY CARREFOUR

Photo d'illustration.

Crédit photo Hugo Passarello Luna / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

De longue date, les salariés disposant d’une délégation écrite leur permettant d’être assimilés au chef d’entreprise, ou représentant l’employeur devant les institutions représentatives du personnel étaient exclus du corps électoral des élections professionnelles. Cette situation est sur le point de changer, puisque le Conseil constitutionnel, dans une décision rendue le 19 novembre 2021, déclare ces dispositions contraires à la Constitution.

Tout part des élections professionnelles 2019 chez Carrefour. Cette année-là, le groupe de grande distribution organise la mise en place d’un CSE au sein de huit établissements, plus un CSE central. Au mois de décembre, la CGT saisit la justice : les directeurs de magasin sont inscrits en qualité d’électeurs, ce qui ne la satisfait pas. Sans grande surprise, le syndicat national de l’encadrement Carrefour CFE-CGC (Snec CFE-CGC) n’est pas de cet avis et soulève une question prioritaire de constitutionnalité sur l’article L. 2314-8 du Code du travail. Pour le syndicat, l’interprétation de cet article par la jurisprudence de la Cour de cassation conduit à la privation de certains travailleurs de la qualité d’électeur aux élections professionnelles.

Comme le confirme le Conseil constitutionnel, cette privation est bien contraire à la Constitution, et en particulier au préambule de la Constitution de 1946. Celui dispose notamment que "tout travailleur participe, par l’intermédiaire de ses délégués, à la détermination collective des conditions de travail ainsi qu’à la gestion des entreprises".

Pour les Sages, la privation de toute possibilité de participer en qualité d’électeur à l’élection du CSE au seul motif qu’ils disposent d’une délégation ou d’un pouvoir de représentation constitue une atteinte disproportionnée au principe de participation des travailleurs.

La date de l’abrogation est cependant reportée au 31 octobre 2022. À charge pour le législateur d’ajouter une précision à l’article L. 2314-8 du Code du travail d’ici là.


Conseil constitutionnel, décision n° 2021-847 QPC du 19 novembre 2021

Auteur

  • Olivier Hielle