logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Dans le sillage du Brexit, le Royaume-Uni veut revoir le Code du travail

Droit du travail | publié le : 22.01.2021 | Lys Zohin

Kwasi Kwarteng, le nouveau secrétaire d'État pour les Affaires, l'Energie et la Stratégie industrielle, a confirmé la révision des protections offertes aux salariés, dans le sillage du Brexit, tout en insistant sur le fait que ces droits ne seraient pas amoindris.

Les premières réflexions ont déjà fait l'objet de concertations auprès de dirigeants d'entreprises. Indiquant que plusieurs pays-membres de l'Union avaient déjà choisi un « opt out », en ce qui concerne la directive européenne sur le temps de travail, fixé par Bruxelles à 48 h par semaine maximum, de même qu'elle exige la garantie d'une pause toutes les six heures et au moins onze heures de repos toutes les vingt-quatre heures, Kwasi Kwarteng, a confirmé son intention de revoir le temps de travail, rapporte The Guardian. En fait, seuls cinq pays, dont le Royaume-Uni, bénéficient d'un système d'opt out, et onze pays peuvent s'affranchir de la directive sur le temps de travail dans certains secteurs seulement, comme la santé, précise le quotidien. Selon le Financial Times, le gouvernement réfléchirait également à changer les règles sur les temps de pause, et à abandonner la prise en compte des heures supplémentaires lors du calcul de certains jours de congés payés. Enfin, une autre proposition viserait à abandonner l'exigence actuelle faite aux entreprises de consigner les heures de travail quotidiennes, cela afin de limiter leurs coûts administratifs. Les discussions n'ont pas encore commencé mais de telles perspectives suscitent déjà les foudres du parti Travailliste. Ed Miliband, le « shadow secretary » pour les Affaires, s'est emporté contre cette menace de détricotage de droits chèrement acquis. Selon lui, « il ne s'agit pas, contrairement à ce que dit le gouvernement, d’alléger les aspects administratifs, mais d'en finir avec des droits fondamentaux pour les travailleurs, alors que ces derniers font face à la pire crise économique qu'a connue le pays depuis des décennies. Ils sont inquiets pour leur emploi et leur santé et le gouvernement veut les forcer à travailler davantage et à perdre des congés payés ».

Auteur

  • Lys Zohin