logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Les salariés souvent contraints de revenir travailler sur site

Organisation du travail | publié le : 24.11.2020 | Gilmar Sequeira Martins

Près de neuf entreprises sur dix (88%) imposent à leurs salariés de revenir au bureau, soit tous les jours (38%), soit plusieurs fois par semaine (39%), soit ponctuellement (11%) selon une étude menée auprès de 11.200 personnes par Deskeo, opérateur de bureaux flexibles. L'étude révèle aussi une véritable fracture parmi les salariés. Si une majorité (51%) des sondés « comprennent » que les entreprises imposent à leurs salariés de revenir à leur bureau malgré le reconfinement, 49 % ne partagent pas cet avis et une importante minorité (28 %) ne le comprend « pas du tout ».

Pour autant, nombre de salariés, s’ils avaient le choix, aimeraient passer un certain temps au bureau pendant la période actuelle. L’absence totale du bureau ou la présence à 100 % ne recueillent qu’une ultra-minorité de suffrages, respectivement 3 % et 2 %. Un quart des sondés (26%) voudraient cependant passer un quart de leur temps sur le lieu de travail, 42 % la moitié et 27 % les trois-quarts. Hors période de confinement, les réponses sont différentes. Une majorité (51%) des salariés aimerait « travailler au bureau autant que possible », une part importante (38 %) voudrait « partager [son] temps de travail entre le bureau et le travail à distance », et 11 % souhaitent « travailler à distance autant que possible ».

De telles attentes risquent cependant d’être frustrées, la plupart des entreprises n’ayant pas engagé de véritable transformation dans l’organisation du travail. Une large majorité (65%) n’a pas encore formé ses cadres au management à distance et 53 % n’ont toujours pas modifié leurs process et leurs outils pour faciliter la collaboration à distance. Sur l’aide à apporter aux salariés afin qu’ils disposent des équipements pouvant faciliter le télétravail, les entreprises sont encore en plus mauvaise posture : 61 % ne se sont pas encore penchées sur le sujet. Leur effort se porte pour l’heure sur la préservation de la cohésion d’équipe. Une majorité des entreprises (55%) a en effet « pris des initiatives pour garder la cohésion d’équipe à distance ». Il n’empêche, le télétravail gagne des adeptes, puisque 56 % des salariés estiment que le télétravail est « désormais davantage admis » dans leur organisation. Si 29 % déclarent que c’est « déjà une pratique courante » dans leur entreprise, une minorité notable (15%) indique cependant que cette pratique « n’est toujours pas acceptée ».
 

 

Auteur

  • Gilmar Sequeira Martins