logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Le portage salarial se pérennise et se féminise

Organisation du travail | publié le : 26.04.2021 | Gilmar Sequeira Martins

L’édition annuelle du baromètre du portage salarial, diffusé par la Fédération des entreprises de portage salarial (FEPS), en partenariat avec l’Observatoire du travail indépendant (OTI), relève une forte résilience du secteur et une diversification des profils adoptant ce dispositif. Les derniers chiffres recueillis révèlent qu’en dépit de la crise, le nombre moyen de clients par salarié a augmenté. La part d’actifs en portage salarial ne comptant qu’un ou deux clients, a priori plus exposée aux aléas de la conjoncture économie, a baissé, passant de 38 % en 2019 à 26 % en 2020. En parallèle, la part de ceux travaillant pour trois à cinq clients a progressé de 29 % à 34 %.

Autre bonne nouvelle : ce statut se pérennise. Une très large majorité (84 %) des actifs qui ont eu recours à ce dispositif continuent de l’utiliser après la première année. Plus d’un tiers des « portés » affichent par ailleurs une ancienneté supérieure à cinq ans. Les derniers chiffres disponibles confirment les tendances déjà observées quant aux secteurs où ce type de dispositif remporte le plus de succès. Un quart des actifs en portage salarial (24 %) se recrutent dans les services aux entreprises et le numérique, ce groupe distançant de quelques points le secteur du BTP et de l’artisanat (18 %), lui-même suivi de près par les services aux particuliers (14 %). Parmi les évolutions notables figure la progression des actifs œuvrant dans le secteur de l’environnement et du transport. Entre 2018 et 2020, leur part dans l’ensemble connaît une forte augmentation puisqu’ils passent de 7 % à 13 % de l’ensemble.

Autre fait notable : le portage salarial se féminise puisque les femmes sont désormais plus nombreuses (54 %) que les hommes. Elles exercent principalement dans les secteurs des ressources humaines, du bien-être et du coaching. A contrario, la part des cadres diminue, même si elle reste encore majoritaire. Les ETAM (employés, techniciens et agents de maîtrise) représentent désormais 41 % des actifs ayant recours au portage salarial, soit une très forte progression par rapport à 2016 (28 %). Autre évolution qui mérite l’attention : les trentenaires représentent désormais près d’un actif en portage salarial sur cinq (18 %). Si les actifs âgés de 40 ans et plus restent majoritaires, ce poids croissant des actifs plus jeunes indique selon le baromètre une recherche plus précoce d’indépendance. Enfin, cette édition 2021 met en relief la progression des « portés » dans les régions. Ils représentent près de la moitié (46 %) du total, mettant ainsi un terme à la concentration de ce type d’activité en région parisienne. Le phénomène prend une dimension nouvelle puisque près d’un cinquième des actifs en portage salarial (16 %) résident à l’étranger et 4 % en outre-mer.

 

Auteur

  • Gilmar Sequeira Martins