logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Les cadres veulent pouvoir prendre des initiatives

Entreprise & Carrières | Management | publié le : 10.05.2017 | Hélène Truffaut

Image

Picture factory

Crédit photo

Un gisement d’innovation à portée de main. Selon une récente enquête menée par le cabinet de conseil en organisation et management Oresys auprès 1 150 cadres*, 94 % de ces derniers affirment avoir des idées pour faire progresser l’entreprise. Et presque tous (96 %) s’estiment tout à fait motivés pour les mettre en œuvre.

Taylorisation. « Nos clients se disent confrontés à des problèmes d’amélioration de la performance », soutient Yves Salomon. Pour le Pdg d’Oresys, la question est : « Comment faire mieux, sans nuire au bien-être au travail ? Or, dans l’inconscient collectif, cela veut encore dire tayloriser, mettre en place davantage de processus et de reporting. » Un poids pour les collaborateurs. Cette enquête vise donc à démontrer que les leviers de la performance économique – telle que perçue par les sondés eux-mêmes – sont ailleurs.

Aux dires d’Oresys, l’étude démontre bien que « plus les collaborateurs ont la possibilité de prendre des initiatives, plus leur entreprise est performante et plus ils sont épanouis » (sachant que 16 % des cadres interrogés jugent leur entreprise très performante, 61,4 % la voient performante, les autres étant plus critiques). Ainsi, 94 % des salariés d’entreprises « très performantes » considèrent leur environnement propice aux initiatives. Et 85 % des collaborateurs épanouis évolueraient dans un tel environnement.

Lourdeur des processus. Invités à se prononcer sur les freins à la prise d’initiative, les sondés, sans surprise, citent d’abord la lourdeur des processus de fonctionnement (20 %), le travail en silo des différents services (19 %), le manque de confiance, d’entraide et de sens (16 %), et l’opacité et la rétention des informations (13 %).

Quelles pistes d’amélioration se dégagent de cette enquête ? D’abord la flexibilité : de fait, près de 62 % des cadres épanouis jugent leur entreprise flexible. L’idée est d’avoir « des organisations aux processus internes allégés, capables de construire des équipes projets transverses, etc. », illustre Yves Salomon.

Autre enjeu : travailler sur la qualité du management de proximité. Car dans près de 80 % des entreprises (très) performantes, les sondés voient leur manager comme un « leader, inspirant et bienveillant. »

Des solutions de bon sens et qui ne sont pas nouvelles. « Mais pour les dirigeants qui estiment avoir une organisation qui fonctionne, laisser davantage de libertés aux collaborateurs et aux managers, c’est aussi prendre un risque. Il faut juste qu’ils passent ce cap ! », conclut-il.

* Réalisée entre novembre 2016 et mars 2017 via un questionnaire en ligne anonyme diffusé auprès des clients d’Oresys et sur les réseaux sociaux.

Auteur

  • Hélène Truffaut