logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Le management de transition conquiert de nouveaux territoires

Management | publié le : 06.04.2022 | Gilmar Sequeira Martins

La confiance est de mise parmi les managers de transition. Six sur dix se disent confiants, selon le récent sondage de Ressources Transition (Groupe Fed). Sans surprise, ce sont les profils spécialisés dans le digital, la logistique et l’énergie qui sont les plus sollicités. De leur côté, les entreprises recherchent avant tout des professionnels disposant de soft-skills, en particulier la réactivité dans la prise de décision, l’expertise, le leadership et le charisme. Des items tels que l’écoute, la polyvalence ou l’adaptabilité sont désormais placés au second rang. Les managers de transition estiment que la crise sanitaire a rebattu les cartes de la gouvernance des entreprises. Une large majorité (sept sur dix) considère qu’elle a été profondément modifiée avec de nouveaux objectifs, en particulier l’accélération de la transformation dans plusieurs dimensions : digitale, numérique, ressources humaines ou encore relation client. Ils sont tout aussi nombreux à estimer que les entreprises ont engagé une réflexion sur leur modèle économique, tant sur leur gestion interne que sur leur image de marque, mais aussi, pour moitié d’entre eux (47 %), sur la rationalisation de leurs coûts ou encore leur « agilité ».

L’étude permet aussi de mesurer la plus grande réceptivité de certaines directions au management de transition. Certes, les secteurs de l’industrie (52 %), des services (20 %) et du BTP (12 %) restent les plus demandeurs de ce type de profils depuis la reprise. Au demeurant, l’industrie reste toujours le secteur qui recourt le plus à ce type de profil. S’ils évoluent en majorité dans les grandes structures telles que les ETI (58 %) ou les grandes entreprises (20 %), ils commencent à prendre pied parmi les PME (20 %). Seul continent encore rétif à cette forme de mobilisation des compétences : les start-up qui n’y ont recours que très rarement (2 % des demandes). À l’instar de la situation prévalant avant la crise sanitaire, les managers de transition sont mobilisés le plus souvent pour agir au sein des directions générales (62 %), des directions financières (53 %), mais aussi dans les directions des ressources humaines (43 %). La montée en puissance des problématiques de cybersécurité leur permet aussi de commencer à intervenir au sein des DSI.

Le plus souvent, l’intervention d’un manager de transition permet d’assurer le remplacement temporaire d’un cadre supérieur sur une période de six à douze mois. Ils sont aussi mobilisés pour coacher les équipes dirigeantes. Contre toute attente, la durée moyenne des missions reste stable (entre six et douze mois) malgré la fin de la crise sanitaire et le contexte de forte reprise économique.

Auteur

  • Gilmar Sequeira Martins