Une présidente pour l' ANDRH ?

Ayant fait valoir ses droits à la retraite au 31 décembre, Jean-Paul Charlez, actuel DGRH du groupe Etam, quittera en juin 2020 la présidence de l'ANDRH (Association nationale des DRH). Au cours de l'assemblée générale qui se tiendra en décembre prochain et qui adoptera le budget de l'association, il sollicitera un raccourcissement de six mois de son mandat de deux ans. C'est donc lors de l'AG suivante, en juin 2020, et non en décembre 2020, que l'ANDRH élira son futur président. Ou plutôt sa future présidente, puisque Jean-Paul Charlez souhaite que lui succède l'une des deux actuelles vice-présidentes, Laurence Breton-Kueny (DRH et membre du comex du groupe Afnor) ou Audrey Richard (directrice des ressources humaines et engagement des salariés du groupe UP). Hormis Jean-Paul Charlez et Nicolas Eymin, qui a quitté le monde des RH, la plupart des membres du bureau devraient rempiler. Et à ce stade, l'émergence d'une liste concurrente apparaît peu probable. Le délai de six mois pour constituer une liste de douze professionnels RH susceptible de rallier les suffrages de plus de la moitié des 200 électeurs semble trop court.