logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Un accord sur le pouvoir d’achat chez Carrefour

Entreprise & Carrières, 14/04/2009 | Salaires | publié le : 15.04.2009 |

Image

L'accord salarial de Carrefour introduit une extension du “temps complet choisi” qui permet aux CDI à temps partiel de compléter leurs horaires pour gagner plus.

 

Carrefour a annoncé, le 8 avril, la signature, par cinq organisations syndicales, d’un accord sur le pouvoir d’achat, dans le cadre des négociations annuelles obligatoires (NAO). La hausse des salaires prévue pour l’année 2009 sera de 2 % à 2,5 % selon les catégories pour les employés, dont 1,5 % à compter du 1er mars et 0,5 % ou 1 % à compter du 1er juillet. La mesure concerne 68 000 personnes dans 228 hypermarchés.
Par ailleurs, l’enseigne augmente les remises sur achats accordées aux salariés, de 5 % à 7 % à compter du 1er mai. Une série de remises (billetterie, voyages, assurances), ainsi que des facilités de paiement échelonné pour des achats non alimentaires sont aussi prévues par le texte.

 

Revalorisation des bases horaires

Enfin, l’accord revient sur la revalorisation des bases horaires des salariés à temps partiel : il autorise l’extension du “temps complet choisi”, dispositif testé depuis septembre 2007 par des caissières volontaires. Tous les employés de rayon en CDI à temps partiel, dont l’horaire hebdomadaire est au moins égal à 30 heures et inférieur à 35 heures, se verront donc proposer un complément d’heures portant cette base hebdomadaire à 35 heures, à effectuer sur un autre service ou rayon du magasin (polyactivité). « Pour un employé passant de 30 à 35 heures, le complément de revenu s’élève à 200 euros brut mensuels », annonce l’enseigne. Une mesure qui pourrait concerner jusqu’à 2 000 personnes et qui sera inscrite dans la convention collective d’entreprise. Cette opportunité avait été saisie en 2008 par 1 200 caissières.
FO, la CFDT, la CFTC, la CAT et la CFE-CGC ont signé l’accord. La CGT s’y est refusée, considérant qu’elle n’avait pas vocation à « accompagner l’appauvrissement des salariés » et a rappelé les jugements récents contre Carrefour en matière de rémunération.

 

Récente condamnation

En octobre 2008, le groupe de distribution a été condamné au pénal à verser une amende cumulée de 1,287 million d’euros pour avoir payé en dessous du Smic horaire 429 salariés de ses magasins d’Ecully et de Givors, dans le Rhône ; 132 salariés de Saint-Egrève (Isère) ont saisi les prud’hommes de Grenoble, en février, pour les mêmes raisons.

 

G. L. N.