logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Les cadres gagnent un répit sur la dégressivité des allocations-chômage

Sécurité Sociale | publié le : 16.04.2020 | Benjamin d'Alguerre

Crédit photo

C’est une petite victoire pour la CFE-CGC. La confédération de l’encadrement, qui avait bataillé ferme contre la dégressivité des indemnités des cadres dans le cadre de la réforme de l’assurance-chômage, vient de gagner un léger répit à l’occasion de la crise du Covid-19. La CFE-CGC avait en effet fait pression sur le ministère du Travail afin qu’il adoucisse la règle visant à réduire de 30  % les indemnités des demandeurs d’emploi touchant plus de 4 500 euros par mois au titre du chômage, au bout de six mois d’inscription à Pôle Emploi. 

C’est en partie chose faite puisqu’un décret paru au Journal officiel, le 16 avril, prévoit un report de dégressivité pour tous ceux inscrits au chômage avant le 1er mars. Ces derniers continueront à toucher leurs indemnités « naturellement » pendant un laps de temps dont la durée sera fixée par arrêté mais dont la date butoir a été fixée au 31 août prochain. Quant à ceux inscrits après le 1er mars, leurs allocations-chômage se poursuivront sans dégressivité entre le moment de leur inscription et la date qui sera déterminée par arrêté. Un répit certes court mais qui ne devrait pas écorner le pouvoir d’achat pendant la durée de la crise.

Auteur

  • Benjamin d'Alguerre