L'âge, principal critère de discrimination dans l'entreprise

La perception des discriminations en entreprise reste importante. Selon le baromètre Cegos sur la diversité présenté le 3 décembre, la moitié des salariés déclarent avoir déjà été victimes de discrimination. Il s’agit d’actes liés à l’âge (18 %), à l’apparence physique (16 %, + 7 points par rapport à 2011), à l’état de santé (14 %), au sexe (13%) et aux activités syndicales (10%).

Les scores sont plus élevés chez les femmes, plus particulièrement victimes de discriminations liées au sexe (22 %), à l’âge (21 %) et à l’apparence physique (19 %). Pour les DRH, les trois premiers facteurs de discrimination dans leur entreprise sont l’âge (25 %, - 7 points par rapport à 2011), les activités syndicales (25 %) et l’état de santé (24 %, + 5 points). En revanche, s’agissant de l’entreprise en général, ils estiment que l’origine ethnique (56 %, - 15 points par rapport à 2011), l’apparence physique (54 %, + 8 points) et le handicap (50 %, + 3 points) constituent les principaux cas de discrimination.

« Si la prise de conscience et la volonté d’agir sont aujourd’hui partagées par les salariés et par les DRH-RRH, le management de la diversité est une réalité à construire », remarque Annette Chazoule, manager de l’offre et de l’expertise management du groupe Cegos, coauteure de l’étude. Elle voit deux moyens pour y parvenir : le digital qui permet d’élargir le sourcing en recrutement et de favoriser l’inclusion des différentes catégories de salariés, ainsi que le management. « Cela implique de conduire un projet de changement des relations et des modes de fonctionnement autour de la diversité, d’afficher les forces et atouts de la diversité pour l’organisation et d’en faire un véritable sujet managérial : évaluer les managers, reconnaître les progrès, impliquer l’ensemble des acteurs en donnant comme devoirs d’intervenir lorsque l’on est témoin de discriminations et de promouvoir la diversité, affirme-t-elle. C’est un chemin long et complexe, qui s’inscrit plus largement dans les évolutions sociétales, mais cette transformation culturelle est un levier d’attractivité majeur pour les entreprises. »