logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Harcèlement : une application pour alerter anonymement son employeur

ISRH | GRH - Gestion des ressources humaines | publié le : 06.06.2022 | Olivier Hielle

Elle compte déjà une vingtaine d’entreprises clientes, et de toutes les tailles. L’application Woofer propose une solution permettant aux salariés de signaler anonymement des faits de harcèlement, qu’il soit moral, sexiste ou sexuel. Échange avec l’un de ses créateurs, Elyes Bouteldja.

Comment vous est venue l’idée de créer cette application ?

Elyes Bouteldja : Que ce soit sur le plan personnel ou professionnel, nous sommes très nombreux à avoir été témoin de situations de harcèlement. Sur ce sujet, il y a d’abord les entreprises qui ne font rien. Et puis il y a aussi celles qui créent une boîte mail spéciale en interne. Le problème c’est qu’avec ce système vous envoyez un email de votre boîte professionnelle, ce qui fait que vous levez tout de suite votre anonymat. L’idée c’est d’inciter les salariés à dénoncer ses faits en garantissant leur anonymat le plus longtemps possible.

Côté collaborateur, comment ça marche ?

E. B.  : L’outil est accessible soit par l’application mobile, soit par un navigateur Web, ce qui le rend accessible tout le temps et pas forcément uniquement devant son poste de travail. Il fonctionne selon le principe de l’alerte : le collaborateur va pouvoir renseigner une sorte de verbatim pour expliciter le comportement ou la situation inappropriée, sans dévoiler son identité. Une fois que la déclaration est validée, le ou les référents harcèlement reçoivent un message, en temps réel, leur annonçant l’arrivée d’une nouvelle alerte qu’ils vont pouvoir aller consulter. L’application leur permet également de dialoguer avec le lanceur d’alerte qui est toujours anonyme. Les services ressources humaines aussi vont pouvoir soit demander plus de détails, soit finalement expliquer au lanceur d’alerte que la situation évoquée n’est pas une situation de harcèlement. Ils peuvent également demander plus de détails et, surtout, demander au lanceur d’alerte de pouvoir lever son anonymat pour pouvoir procéder.

Côté RH comment cela se passe, de quelles données avez-vous besoin ?

E. B. : Pour nous, c’est très simple, car nous sommes sur un principe d'anonymat. La seule donnée dont on a besoin nous pour inscrire les collaborateurs et pour qu'ils puissent ensuite se connecter pour le chat c'est leur adresse électronique professionnelle. On peut les importer, ou directement se brancher à l’annuaire de l’organisation. Bien entendu, il est important de communiquer sur le lancement de cette application. Notre idée, avec cette solution, c’est de dissuader tout comportement inapproprié. L’application comprend également toute une documentation afin de sensibiliser les collaborateurs aux situations de harcèlement.

Auteur

  • Olivier Hielle