logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Salariés et DRH ne partagent pas les mêmes priorités formation pour 2010

Entreprise & Carrières, 01/12/2009 | Formation Continue | publié le : 30.11.2009 |

Image

Les salariés privilégient les savoirs et savoir-faire pour exercer leur métier. Les DRH préféreraient mettre en avant les compétences comportementales et transverses, selon Cegos.

 

Le 24 novembre, l'organisme de formation Cegos a présenté son étude annuelle sur les évolutions de la formation professionnelle et les ressentis des DRH et des salariés sur cette question. Le décalage entre ces protagonistes sur les attentes en matière de formation est étonnant, d’autant plus qu’il perdure depuis plusieurs années, comme les précédentes études l’avaient déjà montré.

 

Compétences comportementales et transverses

Ainsi, en premier choix, les responsables des ressources humaines souhaitent que les collaborateurs se forment avant tout aux « compétences comportementales et transverses » (67 %), alors que les salariés se focalisent sur « les savoir-faire métier » (55 %). A l’inverse, le souhait de formations privilégiant « les compétences comportementales et transverses » emporte l’adhésion de 29 % des salariés seulement.

 

Préparer aux métiers de demain

En deuxième priorité, DRH et salariés citent tous deux « les savoirs et savoir-faire pour préparer aux métiers de demain », mais pas avec la même intensité : 57 % des DRH, contre seulement 40 % des salariés.
Ce décalage s’exprime aussi, forcément, sur les futures demandes de DIF ; 62 % des DRH et RF pensent que leurs salariés vont demander des formations sur les compétences transversales (langues, bureautique…), alors que seuls 26 % des salariés en formulent le souhait. Ces derniers envisagent, au contraire, des DIF sur les compétences métiers actuels (33 %). Le plus surprenant est que ce choix des salariés ne soit repéré que par 7 % des DRH et RF. Ces derniers prennent-ils bien le pouls de leurs troupes, alors qu’ils assurent, à 69 %, que le dialogue social à propos de la formation est « plus riche et plus constructif », et, à 73 %, qu’il est « plus outillé » ?

 

Une opinion positive et partagée du DIF

Cette divergence risque d’être gênante et source d’incompréhensions, alors que 32 % des salariés envisagent un DIF en 2009 (et plus certainement en 2010, étant donné la date de l’enquête) ; et que, parallèlement, 62 % des DRH et RF s’attendent bien à une augmentation du nombre de demandes de DIF pour 2010. D’ailleurs, salariés et DRH partagent une opinion positive du DIF : 73 % des DRH et RF y voient un « levier pour un dialogue constructif avec les salariés sur leur projet de formation », et 82 % des salariés le jugent comme « une opportunité ». Un rapprochement des points de vue semble nécessaire, car un salarié sur deux, assure l’étude Cegos, n’a bénéficié d’aucune formation au cours des trois dernières années.
Concernant les budgets formation, 83 % des DRH et responsables de formation constatent « une plus grande attention de la direction à la maîtrise du budget formation », et 71 %, « une plus grande attention de la direction aux orientations de la formation ». En 2009, 38 % des budgets sont en diminution, 30 % en augmentation, le reste demeurant stable. Quant à la réforme en cours, Cegos assure qu’elle n’est « pas vécue comme importante ».

 

L. G.

 

(1) Enquête menée auprès de 320 DRH et responsables de formation et de 800 salariés, entre septembre et octobre 2009.

 

Les DRH et responsables formation estiment que la fonction formation doit « prioritairement » :

- Renforcer le lien entre la politique formation et la stratégie de l’entreprise : 95 %.
- Développer son rôle de conseil vis-à-vis de l’encadrement : 91 %.
- Mettre en place des évaluations du transfert sur le terrain de l’impact des formations : 82 %.
- Mettre à disposition des salariés des moyens pour apprendre à tout moment, selon leurs besoins : 73 %.
- Améliorer l’administration de la formation : 54 %.

 

A lire aussi…