logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Mobilité : grande migration en vue pour les Franciliens

Emploi & mobilité | publié le : 05.01.2022 | Gilmar Sequeira Martins

Mobilité

Les cartes du recrutement vont-elles être rebattues en 2022 ? L’analyse des offres d’emploi publiées sur les sites d'Hellowork au troisième trimestre 2021 révèle d’abord la perte d’attractivité de l’Île-de-France où près des deux tiers (57 %) des candidats consultent uniquement les offres d’emploi proposant des postes à pourvoir dans d’autres régions. Moins d’un tiers (31 %) d’entre eux consultent uniquement des postes à pourvoir localement. Autre fait notable qui distingue la première région de France par sa population (12,2 millions de personnes, soit 19 % du total métropolitain) : ses candidats ciblent toutes les régions. Par ordre de priorité, ils souhaitent en priorité s’installer d’abord en Auvergne-Rhône Alpes, dans les Hauts-de-France et dans les Pays-de-la-Loire. Pour autant, une part envisage aussi de partir dans l’Ouest ou dans le Grand-Est. Leur comportement diffère ainsi des habitants des autres régions qui privilégient les régions limitrophes. Les habitants du Grand-Est souhaitent ainsi travailler en Bourgogne Franche-Comté et les Bretons en Pays-de-la-Loire.

Certaines métropoles attirent particulièrement les candidats Franciliens. Le tri des recherches d’emploi permet de faire ressortir une préférence pour Lyon (16 %), talonnée par Nantes ex æquo avec Aix-Marseille-Provence (15%). Suivent ensuite Rennes (14 %) et la Métropole européenne de Lille (13 %).
Inversement, certaines régions réussissent à fidéliser leurs actifs. En tête de peloton figurent la Bretagne et les Pays-de-la-Loire où un quart à peine des candidats (27 %) souhaitent trouver un emploi ailleurs. Les Hauts-de-France et la région Auvergne-Rhône-Alpes complètent le podium avec 32 % des actifs recherchant un poste hors de la région. Le Grand-Est manque de peu la troisième position en affichant lui aussi un fort taux de fidélisation puisqu’un tiers (33 %) des candidats est en quête d’un emploi ailleurs.

Auteur

  • Gilmar Sequeira Martins