logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

La crise sanitaire donne envie aux salariés de bouger (Hellowork)

Emploi & mobilité | publié le : 23.03.2021 | Gilmar Sequeira Martins

Les salariés en poste ont de plus en plus envie de mobilité, selon un sondage mené en mars par la plateforme d’emploi Hellowork auprès de 1.000 salariés en poste et 384 professionnels des RH. Selon un sondé sur deux, c’est la crise sanitaire qui est à l’origine de cet élan qui n’a poussé que 11 % d’entre eux à diminuer ou stopper leurs recherches d’un nouvel emploi, taux bien plus faible qu’en avril 2020, lors du premier du genre réalisé par Hellowork, où il atteignait 48 % du total. Parmi les motifs avancés de cette nouvelle attitude figure en premier lieu « de nouvelles appétences » ou « un nouveau projet » pour 53 % des sondés, suivis par la manière dont leur entreprise actuelle a géré la situation (36 %) et aussi l’envie de déménager dans une nouvelle région (36 %).

Parmi la minorité des répondants qui déclarent avoir cessé leurs recherches, la moitié explique leur décision par la situation économique et sanitaire qui n’est pas « en phase avec [leur] nouveau projet », mais aussi leur moral (49 %) ou l’impact sévère de la crise sur leur secteur d’activité (35 %). Déjà bien perceptible du côté des salariés, cette évolution peine cependant à trouver un écho du côté des entreprises. Un tiers (34 %) des professionnels RH a bien noté une progression du turn-over, mais orienté aussi bien à la baisse qu’à la hausse, chaque option recueillant 17 % des réponses.

Si la quasi-totalité des DRH (94 %) ont continué leurs politiques de recrutement depuis le déclenchement de la crise sanitaire, seuls 15 % estiment qu’elle est plus active qu’avant la crise, 31 % estimant qu’elle l’est moins et 47 % la jugeant d’un niveau « comparable ». Pour autant, les équipes RH ont noté à 95 % que les attentes des salariés ont évolué. Un constat qui s’applique aussi aux candidats. L’immense majorité (85 %) des recruteurs reconnaît que leurs attentes ne sont plus les mêmes, une majorité estimant qu’elles se caractérisent par un relèvement du niveau des exigences sur les conditions attachées aux postes proposés.

Auteur

  • Gilmar Sequeira Martins