logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

BMW se prépare au vieillissement de ses salariés

Entreprise & Carrières, du 09 au 15/09/2008 | Mobilités | publié le : 10.09.2008 |

Image

Dans une équipe de montage à l’usine de Dingolfing, le groupe automobile allemand simule la structure d’âge qu’aura son personnel en 2017 pour se préparer au vieillissement démographique et préserver sa compétitivité.

 

Sur la ligne de montage de boîtes de vitesse à l’usine de BMW à Dingolfing, la majorité des 36 salariés ont le cheveu grisonnant. L’âge moyen de l’équipe s’élève à 47 ans, soit 7 ans de plus que celui de l’ensemble du personnel du constructeur automobile allemand.

 

Adaptation des conditions de travail

Ce constat ne résulte pas du hasard, mais d’un projet inédit, savamment conçu par BMW, pour se préparer au vieillissement de son personnel. « Nous savons, dès aujourd’hui, quelle sera la structure d’âge de notre personnel dans dix ans. L’âge moyen s’élèvera, ainsi, à 47 ans contre 40 ans aujourd’hui.
Pour anticiper cette évolution, nous avons lancé une expérience pilote et rassemblé dans notre usine, à Dingolfing, une équipe de travailleurs, dont l’âge moyen correspond exactement à celui qu’aura notre personnel dans dix ans », explique un porte-parole de BMW. Pour le groupe automobile, les enjeux économiques de ce projet, lancé à l’automne 2007, sont de taille. « Nous devons nous préparer au vieillissement de notre personnel pour maintenir notre compétivitité face à des pays à forte natalité comme les Etats-Unis, l’Inde ou les pays d’Amérique du Sud », poursuit le porte-parole.
Les conditions de travail ont été adaptées en conséquence. Les travailleurs ont reçu des chaussures et des chaises spéciales et parfois des loupes. Les heures de travail ont été aménagées de manière très souple. « Mais ils sont soumis aux mêmes obligations de rendement que les autres collègues », insiste le porte-parole.

 

Qualité supérieure grâce à l’expérience

Les premiers résultats sont concluants. Ainsi, selon Ernst Baumann, DRH de BMW, le rendement des travailleurs âgés est aussi élevé que celui des plus jeunes et la qualité obtenue est même supérieure, grâce à leur expérience. Quant au taux d’absentéisme, il ne diffère pas de celui de l’ensemble du groupe. Fort de ce succès, BMW a l’intention d’étendre ce projet à d’autres secteurs d’activité et à d’autres usines.
Ce projet ne constitue qu’une partie des nombreuses mesures mises en place pour maintenir ses salariés plus longtemps au travail. BMW offre, ainsi, à son personnel, entre autres, des contrôles médicaux renforcés, des cours d’alimentation équilibrée, des programmes de remise en forme et, surtout, un large choix d’horaires aménagés. « La durée de fonctionnement des machines a été totalement déconnectée des horaires du personnel », déclare le porte-parole.

 

Un exemple peu suivi

Selon une étude de l’Institut de recherche sur le marché de l’emploi et les professions (IAB), publiée en novembre 2007, trop peu d’entreprises allemandes suivent, à l’heure actuelle, l’exemple de BMW, alors que l’Allemagne vient de repousser l’âge légal de la retraite à 67 ans. Pire : le nombre d’entreprises ayant pris des mesures pour favoriser le travail des seniors est en recul depuis 2002.
La situation est particulièrement grave dans les PME, qui semblent ignorer « l’un des principaux défis » auxquels elles seront confrontées dans une quinzaine d’années. Car, à partir de 2020, les entreprises connaîtront un fort vieillissement de leurs personnels et seront confrontées à un problème de recrutement de travailleurs plus jeunes. Conscientes de ces enjeux, une quarantaine d’entreprises ont décidé, en mars 2006, de créer un “réseau démographie” avec le soutien du ministère des Affaires sociales et de l’Emploi. « Au sein de ce réseau, nous voulons échanger nos expériences et réfléchir aux meilleures stratégies à suivre pour relever le défi démographique », explique Guido Happe, manager des Competence Centers Advanced Technologies, au cabinet Kienbaum Executive Consultants GmbH. Le réseau compte, aujourd’hui, 127 membres.

 

Marion Leo, à Berlin