logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Recrutement : comment répondre aux attentes ?

Recrutement | publié le : 07.07.2022 | Gilmar Sequeira Martins

Tiny office workers sitting on huge hand under umbrella. Concept

Le rapport au travail a-t-il changé de façon irréversible ? Manpower a mené avec Thrive en 2022 une étude sur la définition de l’épanouissement au travail auprès de plus de 5 000 salariés ainsi que de chômeurs dans cinq pays (Australie, France, Italie, Royaume-Uni et États-Unis). Il en ressort des enseignements sur lesquels les recruteurs devraient méditer. Pour la quasi-totalité des sondés (93 %), la flexibilité est devenue une dimension essentielle de leur relation au travail. Elle peut revêtir différents aspects. Si la semaine de quatre jours recueille l’approbation de 64 % des personnes interrogées, le choix de l’heure de début et de fin de journée est aussi très demandée (45 %). Le choix du lieu de travail a aussi un groupe d’adeptes important (35 %). Du côté des entreprises, répondre à ces aspirations présente des aspects positifs. Selon l’étude, celles qui laissent la possibilité à leurs salariés de choisir quand, où et combien de temps ils souhaitent travailler, estiment que 55 % d’entre eux sont performants. Cette appréciation descend à 36 % dans les entreprises qui appliquent la semaine de 40 heures classique.

Depuis deux ans, les attentes des candidats et des salariés vis-à-vis des employeurs ont subi une inflexion nette. Interrogés sur les facteurs assurant leur épanouissent dans le travail, une écrasante majorité des sondés (82 % des femmes et 77 % des hommes) ont cité en premier lieu la nécessité de travailler avec des gens en qui ils puissent avoir confiance. Ils sont presque aussi nombreux (77 % des femmes et 71 % des femmes) à souhaiter avoir un manager qui les encourage, à trouver du sens à leur travail (73 % des femmes et 69 % des hommes), à partager les valeurs de leurs entreprises (69 % et 65 %).

Enfin, une majorité nette de femmes (60 %) mais aussi d’hommes (54 %) attendent des entreprises qu’elles prennent soin de leur santé mentale. Un quart des salariés (25 %) attendent des entreprises qu’elles leur fournissent davantage de ressources pour gérer leur santé mentale afin de réduire le risque de burn-out. Selon l’étude, le bien-être est en passe de devenir un élément clé d’une stratégie de réussite. Ces attentes vis-à-vis des entreprises se doublent de souhaits quant au déroulement de carrière : les trois quarts des salariés (75 %) attendent d’évoluer au sein de leurs organisations et ils sont presque aussi nombreux (73 %) à souhaiter acquérir de nouvelles compétences de travail.

 

Auteur

  • Gilmar Sequeira Martins