logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

« Les anciens dirigeants d'entreprise peuvent être des agents de transformation » (association 60.000 rebonds)

Recrutement | publié le : 06.05.2021 | Gilmar Sequeira Martins

Les dirigeants d'entreprise qui ont connu une faillite et qui redeviennent salariés représentent une opportunité pour un employeur, comme l'explique Sheila Gourp, directrice de l’association « 60.000 Rebonds » qui les accompagne.

Quel est l'intérêt de recruter un ancien dirigeant d'entreprise qui a vécu une faillite ?

Sheila Gourp : Un ou une entrepreneur(e) qui a dû fermer son entreprise peut être un atout très positif dans une équipe à partir du moment où il a pris du recul sur cette expérience. Ils ont un tempérament qui les amène à être très impliqués, ils « intraprennent » et apportent toute la valeur de leurs expériences de dirigeants. Avant leur transition entrepreneuriale, certains dirigeants pouvaient être dans une forme de toute puissance. Si, après avoir traversé l'épreuve du feu, ils ont pris le temps d'être accompagnés, ils peuvent prendre la mesure de leurs forces et de leurs vulnérabilités, c'est-à-dire retrouver de leur puissance. Ils sont plus dans le collaboratif et la co-construction. Ces hommes et ces femmes font de bons leaders car ils ont touché terre, ils en ont tiré des enseignements, de l'humilité et surtout une force intérieure. Ils font la part des choses entre ce qui compte véritablement pour eux et le reste, ils ont du recul tout en restant engagés.

En quoi sont-ils différents ?

S. G. : Grâce à l'accompagnement individuel et collectif que nous leur proposons, ils vivent l'intelligence collective et apprennent beaucoup des groupes de co-développement. Ils en sortent différents et apportent une nouvelle vision aux équipes qu'ils intègrent. Ils sont dans une démarche collaborative qui donne une large part à une attitude bienveillante. Ils se détachent de l'identification à leur entreprise et à ce qu'ils ont vécu comme un échec de leur personne. Parce qu'ils se sont transformés, ces entrepreneurs peuvent être des agents de transformation. Ils sont riches d'une expérience de dirigeants, ils sont porteurs d'un apprentissage, de leçons tirées des épreuves traversées, et d'une force intérieure. Bien souvent, ils se sont reconnectés à ce qui est essentiel pour eux.

Sont-ils un plus pour le dialogue et la communication dans l'entreprise ?

S. G. : Ils peuvent aussi être en empathie avec le ou la dirigeante. Ils comprennent ses enjeux. En tant qu'anciens dirigeants, ils ont une capacité à dire simplement les choses ou confronter lorsque c'est nécessaire. C'est parfois plus délicat pour les collaborateurs qui n'ont pas dirigé leur propre entreprise. Inversement, ils peuvent aussi faire passer des messages aux collaborateurs, apporter une autre vision sur ce que signifie « être patron/ne » et leur faire découvrir d'autres facettes de leur dirigeant. Ils peuvent aussi faire passer des messages aux dirigeants de la part des équipes. Ils ont une vision globale de tous les sujets. Ils sont aussi plus sensibles aux signaux faibles et peuvent déclencher plus rapidement des actions correctrices grâce à la qualité de leur contact avec le ou les dirigeants. Ils vont le plus souvent être avant tout au service de l'entreprise, en tant qu'entité morale, et non pas qu'au service des dirigeants ou des salariés. Ils auront un regard plus global. Dans certains cas, grâce à leur expérience de dirigeant qui leur a apporté une vision transversale, ils pourront même faire office de conseil interne, tout en veillant à ne pas être dans une position de sachants.

Propos recueillis par Gilmar Sequeira Martins

Auteur

  • Gilmar Sequeira Martins