logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

La Belgique veut devenir la Silicon Valley de l'Europe avec un permis en direction des talents étrangers

Recrutement | publié le : 24.05.2022 | Lys Zohin

Abstract of belgium map network, internet and global connection

Pour attirer les talents très qualifiés dont les entreprises belges ont besoin, le gouvernement a mis en place deux dispositifs : le permis unique pour les travailleurs étrangers et le permis de séjour de douze mois pour les étudiants étrangers ayant obtenu un diplôme en Belgique. Délivré par l'Office des étrangers à la demande d'une entreprise qui cherche à engager un profil étranger en s'adressant au guichet unique "Working in Belgium", qui combine la demande de permis de séjour et de permis de travail en une seule procédure numérique, le système est avantageux, d'autant que les frais administratifs sont peu élevés, avec 126 euros par dossier. Déjà en place avant la pandémie, le guichet unique pour les salariés n'avait attiré que 4 000 premières demandes par an. Mais elles ne cessent d'augmenter. Ainsi, en 2021, 5 124 nouveaux permis ont été délivrés. Et pour les quatre premiers mois de 2022, déjà 2 740 permis ont été octroyés. À ce rythme, les autorités prévoient que la barre des 8 000 permis devrait être atteinte d'ici la fin de l'année. L'Inde, la Turquie et le Maroc sont les trois principales nationalités des demandeurs. Sammy Mahdi, le secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration, veut ainsi repositionner la Belgique dans la guerre des talents. "La Belgique doit devenir un peu la Silicon Valley de l'Europe, où les esprits les plus brillants du monde veulent venir travailler ou étudier", a-t-il déclaré lors d'une récente visite dans une entreprise pharmaceutique. En effet, au permis de travail s'ajoute depuis neuf mois un permis de séjour pour les étudiants étrangers, permettant de résider 12 mois supplémentaires dans le pays pour y chercher un emploi ou créer son entreprise, alors que la fin des études et le diplôme signifiaient souvent auparavant la fin du séjour pour les étudiants étrangers. Quelque 957 diplômés ont déjà demandé à pouvoir en bénéficier pour trouver un emploi sur place, selon les sources officielles.

 

 

Auteur

  • Lys Zohin