logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Un quart seulement des dirigeants jugent la mobilité géographique et professionnelle comme une priorité (Ma Nouvelle Ville)

Mobilités | publié le : 07.06.2021 | Gilmar Sequeira Martins

Le premier baromètre sur la mobilité professionnelle et géographique, mené par Harris Interactive et Ma Nouvelle Ville, structure rassemblant les 27 filiales du groupe Action Logement, dévoile le fossé séparant les visions et attentes respectives des salariés et les directions dans ce domaine. Alors que 80 % des collaborateurs attendent de leur entreprise un accompagnement en matière de mobilité, un quart seulement (26 %) des dirigeants et des DRH estiment que ce thème représente un enjeu prioritaire. Paradoxalement, la majorité des entreprises estiment qu’une bonne prise en compte de la mobilité professionnelle et géographique des salariés constitue un levier utile de gestion et de management. C’est particulièrement le cas (66 %) lorsqu’il s’agit d’améliorer l’attractivité des organisations lors d’un recrutement mais aussi (63 %) pour faciliter l’accueil et l’intégration de nouveaux salariés, ou encore (67 %) pour fidéliser les collaborateurs en améliorant leur qualité de vie.

Si un quart seulement des dirigeants considèrent la mobilité géographique comme une priorité, cette proportion augmente avec la taille de l’entreprise : 29 % pour les structures comportant de 250 à 499 salariés et 44 % pour celles comptant 500 salariés ou plus. Autre paradoxe : 71 % des DRH estiment que l’enjeu de la mobilité professionnelle et géographique est déjà bien pris en compte dans leur entreprise. Ce décalage entre leur ressenti et la réalité de la prise en compte de la mobilité explique sans doute la faiblesse des dispositifs d’accompagnement. Moins d’un quart (21 %) des entreprises ont missionné un collaborateur sur ces enjeux et à peine une sur dix (12 %) dispose d’un service dédié.

L’étude souligne que 54 % des dirigeants côtoient des collaborateurs recrutés dans une autre ville que celle où se situe l’entreprise. L’étude relève que l’éloignement géographique reste un frein majeur au recrutement. Ce paramètre a déjà dissuadé 29 % des dirigeants de recruter certains candidats ; inversement et plus préoccupant encore, il a aussi découragé 48 % des salariés de postuler à une offre.

 

 

Auteur

  • Gilmar Sequeira Martins